RMC Sport

Tour des Flandres: Asgreen domine van der Poel et s’offre un premier Monument

Le champion du Danemark Kasper Asgreen (Deceuninck) a battu le Néerlandais Mathieu van der Poel pour s'adjuger le Tour des Flandres, dimanche, à Audernarde, après 254 kilomètres.

Le plus résistant de tous a fini par l’emporter. Kasper Asgreen (Deceuninck-Quick Step) est réputé bien moins puissant que Mathieu van der Poel (Alpecin) dans l’exercice du sprint, mais le champion des Pays-Bas n’avait plus rien dans le moteur à cinquante mètres de l’arrivée. C’est donc lui qui a coincé, et non pas le coureur norvégien de la Deceuninck, vainqueur de son premier Tour des Flandres en ce dimanche de Pâques. Quelques jours après sa victoire dans l'E3, le champion du Danemark remporte le premier Monument de sa carrière à l'âge de 26 ans.

Kasper Asgreen devient par la même occasion le premier coureur danois à s’imposer à Audenarde depuis Ralf Sorensen, vainqueur du Ronde en 1997. "C’est incroyable", a commenté Kasper Asgreen sur la ligne d’arrivée. "Je me sentais bien dans les derniers kilomètres, j’ai décidé d’attendre le sprint dans les derniers kilomètres, a-t-il analysé à chaud après sa victoire. J’ai laissé Mathieu mener dans le dernier kilomètre. Je me suis calé dans sa roue, et j’ai pu lancer le sprint quand je l'ai décidé. Cela a été une course difficile, on était à la limite dans le final tous les deux."

Les Français ont animé la journée

Le Belge Greg Van Avermaet a pris la troisième place, et monte une nouvelle fois sur le podium, lui qui avait terminé deuxième en 2014 et 2017, et troisième en 2015. Les Français ont animé la course de bout en bout, et le premier d’entre eux, Anthony Turgis (8e), qui n’aura pas ménagé ses efforts pour entretenir l’espoir d’un retour au niveau des costauds, s’est classé huitième, dans le même que Florian Sénéchal (Deceunick-Quick Step) et Christophe Laporte (Cofidis), qui figurait lui aussi dans un groupe de chasse, pointé sur la ligne d’arrivée à quelques secondes seulement du vainqueur.

Julian Alaphilippe, victime d’une chute, n'a pas eu les jambes dans le final pour jouer un rôle de premier plan dans le dénouement de cette course, marquée par deux temps forts. Dans la première des quatre dernières difficultés, l’ascension du Taaienberg, le champion du monde était avec les plus forts, mais plus pour très longtemps cependant, puisqu’il craquait suite à l’accélération de son coéquipier Kasper Asgreen, que seuls Mathieu van der Poel et Wout van Aert étaient capables de suivre. Il ne restait alors plus que trois prétendants à la victoire, puis deux, Van Aert cédant dans l’ultime ascension du Vieux Quaremont.

La suite, on la connaît. Kasper Asgreen, dont on sentait qu’il en avait encore sous la pédale, accélérait à 200 mètres de l’arrivée pour priver Van der Poel d’un doublé. "C’était un beau final. On a fait le maximum, a réagi Alaphilippe à notre micro. Et à partir du moment où j’étais encore devant avec Kasper, j’ai tout de suite senti que ça allait être compliqué pour moi. J’ai entendu Kasper à la radio, qui était en train de faire une démonstration. Je suis trop content pour lui, il le mérite. Il a fait ce qu'il fallait. On est venu pour gagner, c’est vraiment une machine."

https://twitter.com/qmigliarini Quentin Migliarini Journaliste RMC Sport