RMC Sport

"Paris-Roubaix survivra mais il faut tendre la main aux petits organisateurs", juge Madiot

Alors que Paris-Roubaix a été officiellement reporté au 3 octobre prochain, Marc Madiot demande aux instances du cyclisme de "tendre la main aux petits organisateurs" pour que ceux-ci ne soient pas lésés après ce report.

La déception est forcément immense pour le monde du cyclisme professionnel. Initialement prévu le 11 avril, Paris-Roubaix a été officiellement reporté au 3 octobre en raison du contexte sanitaire, comme l'ont annoncé ce jeudi l'Union cycliste internationale (UCI) et l'organisateur ASO.

Depuis les déclarations pessimistes la semaine dernière de Michel Lalande, préfet des Hauts-de-France, la course paraissait déjà condamnée, même si ASO a essayé jusqu'au dernier moment de proposer des solutions. En vain. La première édition de la course féminine est elle aussi reportée le 2 octobre prochain.

"On va s'adapter comme le cyclisme a su le faire", estime Lavenu

Alors que la campagne des classiques flamandes se poursuivra ce dimanche avec le Tour des Flandres, le nouveau tour de vis décrété en France par Emmanuel Macron ce mercredi a eu définitivement raison de Paris-Roubaix.

"Il y a des priorités qui sont données par le gouvernement. Il faut savoir le respecter, c'est comme ça, a concédé pour RMC Sport Vincent Lavenu, manager de la formation AG2R-Citroën. Ce qui est essentiel, c'est d'abord que la santé soit préservée pour tout le monde et que les épreuves ne disparaissent pas. On va s'adapter, comme le cyclisme a su le faire depuis 2020. Avec bonheur et rigueur. L'organisation, telle qu'elle a été conçue, a permis de ne pas développer de clusters par le passé. Il faut continuer sur cette ligne et s'adapter aux situations."

La date du 3 octobre, ratifiée ce jeudi à l'unanimité par les différents acteurs du cyclisme, a été choisie en raison de l'absence d'autre course World Tour le même jour. La "Reine des classiques" se tiendra une semaine après le championnat du monde, prévu cette année à Louvain, en Belgique. Manager de la formation Groupama-FDJ et double vainqueur par le passé de Paris-Roubaix, Marc Madiot a néanmoins quelques craintes.

Des craintes concernant le calendrier

"Je peux comprendre le report de l'épreuve. Mon souci se situe plus dans l'organisation du calendrier: j'espère qu'on saura tendre la main aux petits organisateurs aux dates initialement prévues pour le week-end du mois d'octobre, a lancé Madiot, aussi vice-président de la Ligue nationale de cyclisme (LNC). Paris-Roubaix vivra, survivra et continuera. Mais il ne faudrait pas que ça soit au détriment de petites organisations qui ont lieu à ces dates du mois d'octobre."

Le Tour de Vendée, dernière manche de la Coupe de France de cyclisme, doit normalement se dérouler le 3 octobre. Les deux manches précédentes de ce challenge national, la Route Adélie de Vitré et la Classic Loire-Atlantique, avaient respectivement retrouvé place dans le calendrier le 1er et le 2 octobre. En toute logique, les meilleurs coureurs privilégieront Paris-Roubaix au détriment de ces épreuves françaises.

GL