RMC Sport

Paris-Roubaix : Turgot en redemande

Sébastien Turgot

Sébastien Turgot - -

Dauphin de Tom Boonen l’an dernier, le solide coureur d’Europcar, Sébastien Turgot, nourrit encore de grosses ambitions dimanche sur une édition de l'Enfer du Nord promise à Fabian Cancellara.

Grand et costaud, Sébastien Turgot s’est fait un nom la saison dernière en grattant d’un boyau la deuxième place de Paris-Roubaix à Alessandro Ballan dans le vélodrome de Roubaix. A peine arrivé, le rouleur de la formation Europcar, capable donc de se transformer aussi en sprinteur, a déclaré qu’il battrait un jour Tom Boonen, vainqueur cette année-là de l’Enfer du Nord. Dimanche, Turgot aura un autre gros client dans le viseur. A défaut de Boonen, blessé (côte fracturée), c’est le Suisse Fabian Cancellara qui est donné large favori. Mais Turgot en redemande : « Aujourd’hui, j’ai confiance en moi sur les classiques flandriennes. Je sais que je suis attendu, mais je me sens plus prêt que l’an dernier. »

A 28 ans, le Limougeaud vit une renaissance. Pro depuis 2008, Turgot a connu un parcours atypique. Jeune prometteur, il a plaqué le vélo et le sport-étude « pour faire la fête avec les copains, j'ai peté un plomb ». Il travaille alors chez un sous-traitant d’Airbus. C’est l’époque des deux-huit. Puis la petite reine a recommencé à lui retrotter dans la caboche. « Je m’y suis remis petit à petit. Vendée U m’a repéré et Bouygues m’a fait signer. » Depuis, Turgot n’a plus qu’une chose à l’esprit : rouler, et si possible sur les courses d’un jour, celles qui font mal. Classiques flandriennes. « Faut être fou pour rouler la dedans, reconnait-il, c’est des courses de guerriers, on se fait souvent peur, mais on essaie de ne pas y penser, et quand on chute, alors on se dit que c’est le destin. »

« Je crois que je peux faire un truc énorme »

Turgot hait le secteur Mons-en-Pévèle, mais il rêve de soulever le célèbre pavé de Paris-Roubaix, au vélodrome. Paradoxe. Un rêve pavé d’Enfer du Nord. Cancellara ? « Ça va être compliqué d’aller le chercher, mais on va trouver une tactique avec les autres. » Spartacus, comme est labellisé le Suisse, enchaine les chutes depuis son triomphe de dimanche dernier sur le Tour des Flandres. Et encore une ce jeudi en pleine reconnaissance... Son destin ? « Je crois que je peux faire un truc énorme », souffle le costaud en vert d’Europcar.

A lire aussi :

>> Cancellara chute encore

>> Prudhomme : "On peut avoir une vraie surprise"

>> Boonen forfait

Louis Chenaille (avec J.B.)