RMC Sport

Ballon d’or: comme Benzema, ces Français sont passés tout près du sacre

Considéré comme l’un des favoris pour le Ballon d’or cette année, Karim Benzema a fini 4e et ne succède donc pas à Zinedine Zidane, sacré en 1998. Tout comme lui, d’autres Français ont longtemps espéré être récompensés avant de voir leurs espoirs s'envoler. 

Il a rêvé de devenir le cinquième Français à devenir Ballon d’Or. Après Raymond Kopa (1958), Michel Platini (1983, 1984, 1985), Jean-Pierre Papin (1995) et Zinedine Zidane (1998), Karim Benzema pensait avoir toutes les chances de remporter le trophée cette année. Ce ne sera pas le cas, puisque Lionel Messi a été sacré pour la septième fois de sa carrière (2009, 2010, 2011, 2012, 2015, 2019 et 2021). Avant lui, d’autres internationaux ont également estimé avoir leur mot à dire. 

Les plus surprenants

Malgré un triplé historique avec le Bayern Munich (Ligue des Champions, Bundesliga et Coupe d’Allemagne), Franck Ribéry ne sera pas élu Ballon d’or 2013. La faute au nouveau mode d'attribution des voix, en association avec la Fifa, qui permet aux capitaines et aux sélectionneurs de se prononcer sur l’identité du vainqueur. Face à Cristiano Ronaldo, sacré cette année-là, et Lionel Messi, le Bavarois souffre d’un déficit d’image et doit se contenter de la troisième place. Le Français n’a jamais digéré cette décision, qu’il considérait encore comme une injustice en 2018. 

Lui aussi peut avoir des regrets. En route pour devenir champion invincible à l'issue de la saison, soulier d’or européen pour la deuxième saison consécutive et meilleur buteur de Premier League, Thierry Henry ne sera même pas sur le podium du Ballon d’or en 2004. Vainqueur de la Ligue des champions, Andriy Shevchenko sera désigné vainqueur devant Deco et Ronaldinho.

Les plus récents 

Finaliste de l’Euro en 2016 et vainqueur de la Coupe du monde 2018, Antoine Griezmann pensait mettre fin à l’hégémonie de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. Le joueur de l’Atlético de Madrid voit une première fois la récompense lui échapper au profit du numéro 7, vainqueur de l’Euro avec le Portugal et de la Ligue des champions avec le Real Madrid en 2016. 

Deux ans plus tard, sacré en Russie avec les Bleus, Antoine Griezmann est essentiel dans le jeu de Didier Deschamps.  Au même titre que Kylian Mbappé (élu meilleur jeune du tournoi) ou Raphaël Varane pour certains, ce qui l’empêche de se démarquer. Les votes se dispersent et c’est Luka Modric, finaliste et vainqueur de la Ligue des champions, qui sera finalement élu Ballon d’or. 

Vainqueur de la Ligue des champions en 2016 et 2018, Raphaël Varane aurait pu lui aussi espérer être le vainqueur mais son absence de titre national et son poste l'ont certainement empêché d’être sacré. 

Le plus frustrant 

En retenant un peu plus ses nerfs, il aurait pu marquer encore davantage l’histoire. Sacré avec les Bleus et élu meilleur joueur de l’Euro 2000, Zinedine Zidane a tout pour remporter une seconde fois le Ballon d’or. Mais le Français assène un coup de tête lors d’un match de Ligue des champions contre Hambourg et ternit son image à quelques jours de la fin des votes. Le Portugais Luis Figo sera sacré et ZZ finira second de cette édition. 

Le numéro 10 de l’équipe de France aurait également pû soulever le trophée en 2002 et 2006, mais l’élimination précoce des Bleus puis son coup de boule sur Materazzi l’ont une nouvelle fois empêché d’obtenir cette récompense.

Lucas Labaere