RMC Sport

Bayern: le président sort du silence sur Lucas Hernandez, convoqué par la justice espagnole

Le président du Bayern Munich, Herbert Hainer, va libérer Lucas Hernandez la semaine prochaine pour que le joueur puisse se présenter devant la justice espagnole, qui pourrait prononcer l’exécution d’une peine de prison.

Le Bayern Munich sort du silence sur le cas Lucas Hernandez. Selon Sky Allemagne, le club se gardait pourtant de communiquer sur le latéral gauche français - convoqué par le tribunal pénal de Madrid mardi prochain - en ne souhaitant pas réagir aux affaires personnelles de ses joueurs. Le président du géant bavarois, Herbert Hainer, s'est finalement exprimé sur le sujet en large de l'inauguration du nouveau restaurant du club "1900". Le club pousse l’international français à se rendre à sa convocation.

Le Bayern soutient Hernandez

"Tout d'abord, ce sont les affaires privées de Lucas Hernández, a-t-il déclaré. Il ira là-bas la semaine prochaine, puis nous négocierons et nous verrons." Lorsqu'on lui a demandé si le FC Bayern soutenait Hernández, Hainer a répondu: "Oui, bien sûr."

La présence d’Hernandez le lendemain pour le match de la Ligue des champions face au Benfica (21h), semble incertaine. Elle pourrait même être techniquement impossible puisque le joueur français risque en effet de purger une peine de prison.

>> Abonnez-vous pour regarder la Ligue des champions avec le pack Sport RMC Sport + beIN Sports

Le champion du monde a été convoqué pour ne pas avoir respecté une mesure d'éloignement qui lui avait été imposée en 2017 après une rixe avec sa compagne, et devra se présenter mardi 19 octobre devant un tribunal de Madrid afin que l'ordonnance d'incarcération lui soit notifiée. Il aura après cette audience dix jours pour entrer "volontairement" en prison. Mais, selon le tribunal, l'ancien défenseur de l'Atlético de Madrid a déjà fait appel de la décision et pourrait éviter la prison si son recours était accepté. En Espagne, les peines de prison inférieures à deux ans ne sont généralement pas appliquées, sauf s'il s'agit d'une récidive, auquel cas l'incarcération est exigée même si la peine est très courte.

Condamné à six mois de prison en 2019

La première condamnation de Lucas Hernandez dans cette affaire remonte à février 2017. Le défenseur avait alors été condamné, tout comme sa compagne, à 31 jours de travaux d'intérêt général et à une mesure d'éloignement et d'interdiction d'entrer en contact durant six mois pour des violences conjugales mutuelles. A peine quatre mois plus tard, le joueur et sa compagne avaient été interpellés à l'aéroport de Madrid-Barajas alors qu'ils revenaient de leur lune de miel aux Etats-Unis, où ils se sont mariés.

Jugé pour non-respect de la mesure d'éloignement, il avait été condamné en 2019 à six mois de prison. D'après la presse espagnole, les avocats du joueur avaient plaidé le remplacement de cette peine par des travaux d'intérêt général, mais leur requête avait été refusée, étant donné que Lucas Hernandez n'avait déjà pas accompli les 31 jours de travaux d'intérêt général qui lui avaient été imposés en 2017.

NC