RMC Sport

Mercato: Pavard fait le point son avenir

Benjamin Pavard a évoqué son avenir dans une interview accordée à Sky Allemagne diffusée ce jeudi. Le défenseur de Stuttgart assure n’avoir "rien promis à personne" malgré des grosses offres, dont celle du Bayern, et sa volonté de la Ligue des champions.

Le champion du monde français de Stuttgart, Benjamin Pavard, a réaffirmé qu'il n'avait pris d'engagement avec aucun club pour la saison prochaine, malgré "des offres concrètes" de grosses écuries, dans une interview à Sky Allemagne diffusée jeudi.

Le Bayern "peut-être que j'irai"

"Je n'ai rien promis à personne", a déclaré le défenseur de 22 ans, interrogé sur les rumeurs persistantes qui annoncent son transfert au Bayern Munich en 2019-2020, "peut-être que j'irai, mais je ne sais pas de quoi l'avenir sera fait (...) Je n'ai jamais caché mon plan de carrière: je veux jouer la Ligue des champions".

"Ma mentalité est allemande"

L'ancien joueur de Lille affirme cependant qu'il se sent particulièrement bien en Bundesliga. "Je n'exclus pas de rester en Allemagne, mais pour le moment je me concentre sur Stuttgart (...) Je suis là, nous sommes dans une situation difficile, je voudrais aider le club à en sortir. J'aime les gens ici. Ce pays me convient parfaitement et convient à mes valeurs. La mentalité, l'engagement, même à l'entraînement on ne lâche rien. C'est comme ça que je fonctionne aussi. Ma mentalité est allemande, j'apprécie beaucoup ce pays."

Il ne voulait pas "partir comme un voleur"

Pavard réaffirme qu'il a reçu "déjà l'été dernier des offres concrètes (...) de grandes équipes, de bonnes offres". "Mais dans ma tête c'était clair, je voulais rester à Stuttgart", dit-il. Le Français a souvent expliqué qu'il n'avait pas voulu partir après son titre de champion du monde par reconnaissance pour Stuttgart, actuellement 16e du classement. "Ils sont venus me chercher (en 2016) à Lille alors que je n'étais même pas titulaire. Je ne me suis jamais imaginé quitter Stuttgart par la porte de derrière, comme un voleur", dit-il.

NC avec AFP