RMC Sport

Argentine: Messi aide à obtenir 50.000 vaccins qui font polémique en Amérique du Sud

Le groupe pharmaceutique chinois Sinovac a fait don de 50.000 doses de vaccins contre le Covid-19 à la fédération sud-américaine de football en vue de la Copa America. Un geste que Lionel Messi a aidé à obtenir en offrant trois maillots dédicacés aux dirigeants de la société asiatique, mais qui nourrit les polémiques.

À quelques semaines du coup d’envoi de la Copa America (13 juin – 10 juillet), la fédération sud-américaine de football (CONMEBOL) s’est vu offrir 50.000 doses de vaccins contre le virus par la société pharmaceutique chinoise Sinovac.

>> Le sport face au coronavirus: les infos en direct

L’entreprise asiatique a décidé de se mobiliser et d’offrir ces milliers de doses de vaccins principalement destinés aux équipes professionnelles masculines et féminines d’Amérique Latine, notamment pour que la Copa America se déroule dans les meilleures conditions sanitaires possibles.

Sur les réseaux sociaux, le secrétaire général adjoint de la CONMEBOL, Gonzalo Belloso, a indiqué que la star argentine Lionel Messi avait aidé à obtenir ce don à sa façon, offrant trois maillots dédicacés aux dirigeants de Sinovac : "Les responsables de Sinovac ont manifesté leur admiration pour Lionel Messi, qui nous a gentiment envoyé trois maillots pour eux."

La destination des vaccins fait polémique

Frappée de plein fouet par le virus, l’Amérique du Sud voit le nombre de cas se multiplier dans les différents pays du continent, notamment avec l’arrivée du variant brésilien. Cependant, les doses de vaccin manquent pour vacciner les populations alors que l’Argentine est, par exemple, toujours en attente d’un nouvel approvisionnement depuis plusieurs jours.

Si le geste de Lionel Messi est louable et salué par les instances, l’idée de voir que ces 50.000 doses de vaccins être principalement attribuées au monde du football nourrit quelques polémiques d’un regard politique. À l’heure où de nombreux pays sont durement touchés par le Covid-19, le plan établi pour immuniser "les effectifs des équipes sud-américaines engagées dans les tournois masculins et féminins de première catégorie" n’est pas très bien accueilli.

Luca Demange