RMC Sport

Coupe de France: pourquoi Stéphanie Frappart a été choisie pour arbitrer la finale

Le 7 mai, Stéphanie Frappart sera l’arbitre de la finale de la Coupe de France entre l’OGC Nice et le FC Nantes. Depuis quelques heures, les critiques sont nombreuses sur ce choix. Certains connaisseurs du dossier essayent de déminer la situation.  

"Elle fait partie des meilleurs, oui, mais est-elle la meilleure ?" La question est posée par un arbitre assistant de Ligue 1 après la désignation de Stéphanie Frappart pour arbitrer la finale de la Coupe de France le 7 mai. Le choix est en tout cas vivement critiqué par les observateurs depuis quelques heures et les supporters niçois ont même lancé une pétition pour changer l’officiel du match.

L’arbitre de 38 ans, visage devenu familier des amateurs de Ligue 1, ne cesse de gravir les échelons depuis plusieurs années. "Stéphanie fait des matchs de Ligue 1 toutes les semaines, on ne comprend pas la contestation. Tous les ans, des clubs réagissent sur la désignation de l’arbitre", affirme un connaisseur du dossier à la Fédération.

Elle a tous les critères pour arbitrer la finale 

Dans les faits, ce choix est proposé par la DTA à la commission fédérale des arbitres qui assoie son choix sur les classements précédents et qui regarde aussi les prestations de l’année. "On regarde les performances et la forme du moment. Celui qui fait la demi-finale de la Coupe de France ne fait pas la finale, l’autre condition est d’être international, confie un proche de la '3F'. Elle a tous les critères et elle n’est pas en méforme." D’autres sources proches du dossier confirment : "Là c’est un match important, on choisit un arbitre international. Ce n’est pas tout le temps les mêmes arbitres." 

Selon nos informations, l’année dernière, Stéphanie Frappart était 3e du classement des arbitres professionnels en France. "Sa désignation récompense à la fois son travail sérieux et ses performances. Elle est amplement méritée", a indiqué Pascal Garibian, directeur technique de l'arbitrage, dans un communiqué de la FFF, hier lors de l’annonce de la nomination. Stéphanie Frappart sera le 7 mai la première femme à arbitrer à ce niveau de la compétition. "Ce n’est pas parce qu’elle s’appelle Stéphanie, si elle s’appelait Jean-Paul ça serait pareil. C’est mérité, elle a fait la finale de la Supercoupe d’Europe et une finale de la Coupe du Monde féminine", explique une personne proche du dossier.

La "jalousie existe" chez les autres arbitres  

Au sein de l’arbitrage français, des arbitres ont trouvé très "bizarre" d’attribuer la finale de la Coupe de France à Stéphanie Frappart. Un proche de la FFF affirme que la "jalousie existe".

"Je suis un peu dans l’incompréhension quand j’ai vu cette nouvelle, certains sont plus méritants, confie un arbitre assistant de Ligue 1 à RMC Sport. On échange avec des collègues par texto depuis quelques jours et c’est vrai qu’on pouvait s’attendre à d’autres noms que celui de Stéphanie." À cette réplique, les proches de la FFF répondent que chaque année "il y a un heureux et plusieurs déçus". Une autre personne complète : "Il y a des garçons qui sont des bons arbitres de Ligue 1 et c’est tout. Quand on est bon et qu’une femme se retrouve désignée, c’est facile de dire qu’elle est désignée parce que c’est une femme. On sait ceux qui ne sont pas contents."

NP et AP