RMC Sport

Coupe du monde 2022:"Il a anéanti nos espoirs", le premier Qatari à avoir fait son coming out s'en prend à Beckham

Sous le feu des critiques depuis une campagne de promotion pour le Qatar, David Beckham a été attaqué par le docteur Nas Mohamed, premier Qatari à avoir publiquement assumé son homosexualité.

David Beckham continue de s’attirer de vives critiques. Dans l’oeil du cyclone depuis sa participation à une campagne de promotion vantant les mérites du Qatar, l’ancien footballeur a de nouveau été pointé du doigt par le docteur Nas Mohamed, premier Qatari à avoir publiquement assumé son homosexualité, en mai dernier.

>> Coupe du monde 2022: les infos en direct

Comme rapporté par The Independent, Nas Mohamed a écrit une lettre ouverte à Beckham dans laquelle il accuse la star anglaise de "prendre de l'argent et de détourner le regard". "Vous anéantissez l'espoir de la communauté LGBT au Qatar. vous envoyez un message qu'il n'y a vraiment aucune chance pour nous d'échapper à notre persécution actuelle et de vivre librement. Après tout, si David Beckham décrit le Qatar comme ‘la perfection’, à quel point cela pourrait-il vraiment être mauvais ?”, s’indigne le Qatari.

"Les personnes LGBT au Qatar courent un risque accru"

Depuis son coming out en mai, l’homme de 47 ans a fui Doha et demande actuellement l’asile aux Etats-Unis. "La communauté LGBT du Qatar vit dans la peur pour sa vie, poursuit Nas Mohamed. Les personnes LGBT au Qatar courent un risque accru de rejet social, de crimes d'honneur, de ‘ thérapie de conversion’ et bien plus encore."

Dans une campagne publicitaire pour l'émirat qui accueillera à partir du 20 novembre la Coupe du monde, Beckham déclarait sa flamme au Qatar. "C'est la perfection pour moi. C'est un endroit incroyable pour passer quelques jours. J'ai hâte d'y emmener mes enfants." Selon la presse britannique, cette campagne a rapporté 10 millions de livres (11,5 millions d'euros) à David Beckham.

Comme le rappelle Amnesty International, le code pénal qatari établit que la sodomie ou les relations sexuelles entre hommes sont des infractions passibles de peines pouvant aller jusqu’à sept ans de prison. L’article 296 stipule que "conduire ou inciter un homme de quelque façon, y compris par la séduction, à commettre un acte de sodomie ou de débauche" et "provoquer ou séduire un homme ou une femme, de quelque façon, dans le but de commettre des actes immoraux ou illégaux" constituent des infractions. La peine de mort peut même être appliquée pour les musulmans en cas de condamnation.

F.Ga