RMC Sport

Coupe du monde 2022: la méthode très précise pour calculer le temps additionnel lors de ce Mondial

Les premiers matchs du Mondial 2022 au Qatar ont donné lieu à de nombreuses minutes de temps additionnel. Et pour cause, tout est minutieusement contrôlé par le corps arbitral après des règles dictées par la Fifa et les responsables de l’arbitrage.

64 minutes. Voici le temps additionnel annoncé sur les quatre premières rencontres de la Coupe du monde au Qatar, dont 27 pour le seul Angleterre-Iran (14 en première période, 13 en seconde). Cette durée insensée fait beaucoup parler et pourtant, les arbitres appliquent à la lettre les consignes dictées par la Fifa et les responsables des arbitres. Explications.

Dans un premier temps, le quatrième arbitre se charge du temps à récupérer sur le terrain entre les remplacements, les blessures ou les célébrations de but. De son côté, le VAR se charge du temps éventuel à récupérer en cas d’intervention vidéo. Vers la 43e et 88e minute de jeu, ces deux personnes indiquent à l’arbitre central le temps à récupérer.

>> Suivez l'actualité de la Coupe du monde en direct

Plus de temps défini

Ce dernier, face à ces deux propositions, est le décideur final du temps additionnel. L’arbitre central peut soit faire une simple addition mathématique soit décider de limiter ou accroître le temps proposé. Il faut également noter qu’il n’y a plus de temps défini pour une blessure (une minute par exemple) ou un remplacement (30 secondes).

L’idée de la Fifa est que le temps de jeu effectif colle au plus près du temps de jeu réglementaire. En clair, cela a vocation à éviter les tactiques de perte de temps et de favoriser des fins de matchs à suspense car dans les temps additionnels, des basculements de résultat sont gage de spectacle et d'émotion. Et cela se vérifie depuis le début de la compétition, avec déjà deux buts inscrits dans le temps additionnel.

Lors de Sénégal-Pays-Bas, Davy Klassen a scellé la victoire de son équipe lorsque le chrono affichait 98’17, le deuxième plus tardif inscrit en Coupe du monde depuis qu'Opta analyse la compétition (1966) hors prolongation, après celui de... Mehdi Taremi, buteur sur pénalty plus tôt dans la journée après 102 minutes et 30 secondes contre l'Angleterre.

AS