RMC Sport

Coupe du monde: Griezmann l'Uruguayen décrypté par les joueurs de la Céleste

Nahitan Nandez et Rodrigo Bentancur ont évoqué ce lundi à Nijni Novgorod les forces et faiblesses de l’équipe de France, à quatre jours du quart de finale de la Coupe du monde. Ils ont aussi parlé d’Antoine Griezmann, le plus Uruguayen des joueurs français.

Antoine Griezmann s’apprête à vivre un moment particulier contre l’Uruguay, vendredi (16h) en quart de finale de la Coupe du monde. L’attaquant des Bleus revendique un lien très fort avec ce pays. "Ça a commencé à la Real Sociedad où mon entraîneur, Martin Lasarte, était Uruguayen, a révélé Griezmann dimanche. Carlos Bueno m’a pris sous son aile, m’a appris à boire le maté. Chaque année j’avais un ou deux Uruguayens dans mon équipe. Ça va être très fort émotionnellement." Diego Godin, son coéquipier à l’Atlético de Madrid, au même titre que José Maria Gimenez, est aussi le parrain de sa fille, Mia.

"Pour lui, ça peut être un spécial"

Le week-end dernier, Antoine Griezmann a également assimilé le jeu de l’Uruguay à celui de l’Atlético, c’est dire s’il le maîtrise. "Ils donnent tout ensemble, pour les coéquipiers, c’est beau. C’est ce que je vis tous les jours à l’Atlético", a-t-il raconté devant la presse, prévenant au passage "que le match va être chiant".

"Il est très Uruguayen, il fait tout pour ressembler à un Uruguayen, a confirmé Nahitan Nandez, milieu de terrain de la Céleste, interrogé sur ce qui lie Griezmann à son pays, l’Uruguay. Pour lui, ça peut être un match spécial. La seule chose que je peux vous dire, c’est qu’il se comporte bien sur le terrain et rappelle qu’il est Uruguayen."

"Essayer d'être compacts"

Présent lui aussi en conférence de presse, à Nijni Novgorod Rodrigo Bentancur a donné son avis sur le parcours des Bleus. "L’équipe de France va très bien, elle l’a montré tout au long de la Coupe du monde. Son jeu, sa vitesse et la qualité de ses individualités sont incroyables, mais nous essaierons de continuer à jouer comme nous l’avons fait jusqu’à maintenant. Nous allons faire notre travail, essayer d’être compacts en jouant notre jeu. Et si chacun fait ce qu’il a à faire sur le terrain, je pense que nous pouvons avancer."

QM avec Antoine Arlot à Nijni Novgorod