RMC Sport

L’ECA s’alarme du projet sur la Coupe du monde et allume la Fifa

L’ECA, l’association des clubs européens, fait part dans un communiqué ce vendredi de son inquiétude face au projet de Coupe du monde tous les deux ans porté par la Fifa.

Les clubs européens ne sont pas d’accord. Ni sur la finalité recherchée, ni sur la méthode. Dans un communiqué, l’ECA (association des clubs européens) présidée par Nasser Al-Khelaïfi (PSG) s’alarme du projet de la Fifa d’organiser la Coupe du monde tous les deux ans et du manque de concertation, alors qu’elle souhaite elle-même réformer le calendrier international pour obtenir "moins de périodes de libération des joueurs, une meilleure protection des joueurs et de leur santé, et une approche équilibrée entre le football de clubs et le football international".

"Les propositions de la Fifa auraient un impact direct et destructeur sur le foot de clubs"

"L'ECA a donc suivi avec une vive inquiétude le lancement par la Fifa de campagnes de relations publiques actives et de beaucoup de faux-semblants, cherchant apparemment à cheminer à travers des réformes du calendrier international, en particulier l'introduction d'une Coupe du monde biennale. Outre l'absence notable de véritable (voire aucune) consultation, et comme beaucoup d'acteurs l'ont souligné ces derniers jours, les propositions de la Fifa auraient un impact direct et destructeur sur le foot de clubs, tant au niveau national qu'international. De plus, les propositions mettraient la santé et le bien-être des joueurs en danger. Ils dilueraient la valeur et le sens des compétitions de clubs et de pays. Ils diminueraient et entreraient en conflit avec le football féminin et junior – étant des domaines sous-représentés du jeu où l'ECA et d'autres engagent temps, talent et ressources - tout en subordonnant d'autres tournois et intérêts sportifs à tous les niveaux dans le monde."

Au sujet d’une réforme du calendrier international, "l'ECA réitère dans les termes les plus clairs que toute décision relative à son avenir ne peut être prise qu’avec le consentement des clubs de football, avec le bien-être des joueurs à cœur - et en accord avec des obligations juridiquement contraignantes qui ne devraient normalement pas avoir besoin d'être réaffirmées". Elle conclut, avec un dernier tacle à la Fifa, que "la réforme du calendrier international doit se fonder sur des résultats convenus d'un commun accord, équilibrés dans les intérêts de tous, à la suite d'une consultation honnête et détaillée - pas simplement guidés par les intérêts singuliers de la Fifa sur le dos d'une série de campagnes de relations publiques".

LP