RMC Sport

Affaire de la sextape: "contrarié", Le Graët répond aux critiques de Valbuena

La semaine dernière sur RMC, Mathieu Valbuena avait reproché au président de la FFF, Noël Le Graët, de ne jamais l'avoir soutenu ni contacté après l'explosion de "l'affaire de la sextape". Dans un entretien à l'AFP, le dirigeant a fait un début de mea culpa.

Le message est passé. Après le rendu du jugement de "l'affaire de la sextape", et la condamnation (en première instance) de Karim Benzema, Mathieu Valbuena avait adressé la semaine dernière, sur RMC, un tacle à Noël Le Graët. L'international français, satisfait d'avoir vu son "statut de victime être reconnu par la justice", avait en effet reproché au président de la FFF de ne pas l'avoir soutenu dans ce dossier.

"Quand je faisais les beaux jours de l'équipe de France, il me léchait les bottes, grinçait le joueur de l'Olympiacos dans l'émission Rothen s'enflamme. Par contre, quand on disparaît des radars, c'est Monsieur Fantôme. Peut-être qu'il a perdu mon numéro..." Une remarque justifiée? Sans doute un peu. Dans un entretien accordé à l'AFP ce mardi, Noël Le Graët fait en effet un début de mea culpa. Avec un argumentaire un brin alambiqué.

"Je l'aime bien, comme joueur"

"J'étais plutôt contrarié... Il est victime, mais n'a pas été accusé, explique le patron du foot français au sujet de Valbuena. Je l'aime bien, comme joueur. C'est un garçon qui a beaucoup donné. C'était peut-être un mauvais réflexe de ma part de ne pas l'avoir appelé, mais on ne l'a jamais considéré coupable." Et de poursuivre: "Défendre un petit peu Benzema, peut-être qu'il (Valbuena) en a souffert et que je ne l'ai pas bien compris. Mais ça ne change en rien l'estime que j'ai pour lui."

Interrogé plus globalement sur "l'affaire de la sextape", le dirigeant s'est ému qu'elle "traîne depuis trop longtemps". "Cela fait six ans, franchement. Elle revient à un moment où on était peut-être un peu en difficulté, après l'élimination (à l'Euro, ndlr), observe-t-il. La justice doit rendre sa décision, mais ce n'est quand même pas l'affaire du siècle. Faire revenir Benzema sans arrêt dans cette affaire, c'est très compliqué, il ne le mérite pas."

C.C. avec AFP