RMC Sport

Attentats de Bruxelles : Griezmann replonge dans l’angoisse

Antoine Griezmann

Antoine Griezmann - AFP

Antoine Griezmann, attaquant de l’équipe de France, a expliqué que les attentats qui ont touché Bruxelles ce mardi avaient fait rejaillir en lui de mauvais souvenirs quatre mois après l’attaque meurtrière contre le Bataclan à laquelle sa sœur avait échappée.

Réunis depuis lundi à Clairefontaine, les joueurs de l’équipe de France ont perdu le sourire qu’ils affichaient lors de leurs retrouvailles après les attentats qui ont touché Bruxelles, ce mardi. Et plus particulièrement Antoine Griezmann, quatre mois après les attaques terroristes qui avaient ensanglanté des terrasses parisiennes, le Stade de France et le Bataclan. Sa sœur, Maud, avait en effet réussi à sortir indemne de la salle de concert où 90 personnes avaient perdu la vie sous le feu des terroristes.

Ces nouveaux événements tragiques l’ont logiquement heurté. « Quand j’ai su ça ce matin, ça m’a fait repenser à certaines choses que j’essaie d’oublier, a confié le joueur de l’Atlético de Madrid. Il faut donner tout notre soutien et nos pensées aux victimes et à leurs familles. »

Koscielny : « On ne craint pas pour notre sécurité »

Les joueurs de l’équipe de France sont aussi marqués par ces événements puisque trois kamikazes s’étaient faits exploser aux abords du Stade de France lors du match amical qu’ils disputaient au même moment face à l’Allemagne, le 13 novembre (2-0). Alors qu’un déplacement aux Pays-Bas les attend vendredi, les Bleus retrouveront pour la première fois le Stade de France dans une semaine face à la Russie. « Pour le match, je pense qu’on a confiance en la sécurité qu’on a tous les jours, balaie Griezmann. On essaiera de faire de notre mieux de notre côté. »

Egalement présent en conférence de presse, Laurent Koscielny, qui était aussi titulaire face à l’Allemagne, ne s’inquiète pas. « On ne craint pas pour notre sécurité, promet le défenseur d’Arsenal. La Fédération a mis en place un niveau de sécurité élevé avec énormément de personnes qui travaillent autour du groupe. On est serein. Que ce soit en France ou en Europe, tout le monde a pris des mesures exceptionnelles de sécurité par rapport aux matches du mois de mars et de l’Euro. » Lui aussi a eu une pensée émue pour les victimes belges. « C’est toujours difficile quand vous voyez à la télévision des événements pareils, reconnait-il. On adresse toutes nos condoléances aux familles des victimes. Tout le peuple français est avec la Belgique comme eux l’ont été pendant les tragédies du mois de novembre. »