RMC Sport

Avec les Bleus, Ben Arfa se sent comme... chez ses parents

A l’aise et tout sourire, Hatem Ben Arfa est revenu, ce mardi en conférence de presse, sur sa joie de retrouver l’équipe de France, trois ans et demi après sa dernière sélection. Le Niçois a d’ailleurs expliqué les hauts et les bas qui ont marqué sa carrière et ses passages en Bleus.

Qu’il semble loin le temps où Hatem Ben Arfa faisait ses grands débuts chez les Bleus. Huit ans après sa première sélection avec les « grands » de l’équipe de France, le 13 octobre 2007 face aux Iles Féroé (0-6), la pépite de Clairefontaine a bien changé. A polir et à protéger à ses grands débuts, l’ancien Lyonnais a muri et grandi.

Tranquille et apaisé, le Niçois a voulu faire définitivement table rase du passé, laissant ses vieux démons en sélection nationale très loin de « son » château, qu’il a découvert dès l’âge de 12 ans en intégrant l'institut national du football de Clairefontaine (INF).

« Quand j’ai voulu aller aux toilettes, j’étais perdu »

« Il y a eu beaucoup de travaux ici, raconte Ben Arfa avec amusement. Il y a une salle de musculation en bas, la salle de kiné a complètement été changée. Hier (lundi), quand j’ai voulu aller aux toilettes, j’étais perdu en bas (rires). Mais j’ai vite retrouvé mes repères. » Détendu et rayonnant, le Ben Arfa de 28 ans était tout heureux de partager sa fierté de revenir en équipe de France, un retour qu’il prend comme une juste récompense.

« Il s’est passé beaucoup de coups durs dans ma vie, explique l’intéressé. Je prends ce retour comme une récompense et un encouragement. Je suis heureux d’être de retour ici. C’est vraiment une fierté et un honneur de revenir après trois ans d’absence. Je savoure chaque moment et j’espère que ça va continuer. »

Sa troisième chance en bleu

Avec sept buts et deux passes décisives depuis le début de saison, Hatem Ben Arfa vit une véritable « renaissance sportive » à l’OGC Nice, après de longues périodes de galères à Newcastle et Hull City, où ils jouaient avec la réserve.

Comme la plupart des amoureux de la Ligue 1, Didier Deschamps n’a pas manqué la renaissance au plus haut niveau de cet oiseau de feu et a donc décidé de lui accorder une troisième chance chez les Bleus. La bonne occasion pour le meneur tricolore d’en finir également avec ses contentieux avec son ancien coach de l’OM.

« J’ai eu une discussion avec Didier Deschamps »

« J’ai eu une discussion ce matin avec Didier Deschamps. On a discuté de tout ce qu’il s’est passé. Il n’y a pas eu d’excuse, on a remis les choses dans leur contexte, témoigne l’ancien Marseillais. Depuis le départ, c’était plus un problème avec le club de l’OM, qui m’avait donné un engagement et ça s’est mal fini. Mais il n’y a aucun problème avec Deschamps. Ce matin, ça s’est bien passé, on a rigolé. »

Seul représentant de la talentueuse génération 87 en équipe de France à 8 mois de l'Euro 2016, organisé en France, Hatem Ben Arfa ne cache d’ailleurs pas bien avoir retenu les leçons de ses erreurs passées et compte bien rattraper le temps perdu.

«L’équipe de France, c’est un peu comme les parents»

« Dans le foot, le chemin est difficile, souligne-t-il. Quand on est jeune, on ne s’attend pas à ça. Réussir sur la durée, rester en haut, c’est difficile mais ce n’est pas fini. (…) C’est mon cheminement. J’ai 28 ans. Il y a eu des hauts et des bas. C’est comme un enfant, il apprend. L’équipe de France, c’est un peu comme les parents. Elle nous punit quand on n’est pas très bien. Elle nous récompense quand on est mieux. »

Époustouflant entre juillet et mi-octobre, « HBA » veut maintenant savourer et profiter de ces deux chocs face à l’Allemagne et l’Angleterre pour faire vibrer la France entière à l’Euro. « Je suis là pour donner le maximum. Ça se fait sur le terrain et en dehors du terrain. Dès aujourd’hui, je vais donner le maximum pour que la France aille le plus loin possible à l’Euro. » En ces temps difficiles pour le football français, ça fait toujours plaisir à entendre.

Alexandre Mispelon