RMC Sport

Coupe du monde 2022: comment le tube de Gala, "Freed from desire", est devenu l’hymne des Bleus

A l’image de "I will survive" lors de la Coupe du monde 1998, le tube de Gala, "Freed from desire", est en passe de devenir l’hymne de l’équipe de France lors de ce Mondial 2022. Des fans nord-irlandais lors de l’Euro 2016 jusqu’au vestiaire des Bleus au Qatar, voici comment la chanteuse italo-américaine s’est invitée bien malgré elle dans l’histoire des champions du monde en titre.

"Na, Na, Na, Na, Na, Na, Na, Na, Na, Na, Na, Na, Na..." Le refrain est bien connu, entêtant et fédérateur. Ce ne sont pas les joueurs de l’équipe de France qui diront le contraire. Depuis leur victoire face au Danemark (2-1) synonyme de ticket pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde (2022), les Bleus ont pris la bonne habitude de s’ambiancer au son de "Freed from desire", le tube dance des années 90 de Gala. Après le succès face à la Pologne (3-1) synonyme de qualification pour les quarts de finale du Mondial, Kylian Mbappé et ses partenaires, déchainés, ont encore mis le feu au vestiaire dimanche soir célébrant leur victoire face à la Pologne (3-1) et leur qualification pour les quarts en dansant (et hurlant) sur le son de la chanteuse italo-américaine.

>> Equipe de France: les infos EN DIRECT

Tout a commencé à l'Euro 2016 avec les fans nord-irlandais

Ce n’est pas la première fois que cette ode à la liberté ("Libéré du désir") qui loue le bonheur possible sans la course effrénée au consumérisme, est associée au football. Rendons à César, ou plutôt aux fans nord-irlandais, ce qui leur appartient. Lors de l’Euro 2016 organisé en France, ce sont bien eux qui ont remis au goût du jour ce tube de 1997, en modifiant les paroles pour en faire un hymne à la gloire de leur attaquant Will Grigg, "Will Grigg's on fire". Il n’en fallait pas davantage pour que ce refrain irrésistible devienne incontournable autour des stades. "Dernièrement, on me prend beaucoup la tête avec l’AC Milan qui en a fait son hymne dans mon pays d’origine, raconte Gala, interrogée dimanche par Le Parisien. Moi, je préfère quand c’est une équipe nationale. Parce que là, au moins, ça rassemble les fans plutôt que les diviser."

>> Coupe du monde 2022: les infos EN DIRECT

Objectif largement atteint au Qatar où "Freed from desire" résonne quotidiennement dans les enceintes. Même celles de stades puisque le titre a été officiellement déposé à la Fifa par trois équipes, l’Angleterre, la Suisse et…. la Pologne pour célébrer chacun de leurs buts. Si la France a choisi la chanson rock de Blur, Song 2, c’est bien "Freed from desire" que les joueurs de Didier Deschamps ont adopté pour se lâcher après leurs victoires. Mais qui a pris l’initiative de faire cracher la chanson dans les enceintes ? En 1998, c’est Vincent Candela, l’ex-doublure de Bixente Lizarazu, qui avait (re)lancé "I will survive" avant que le tube disco de Gloria Gaynor ne devienne une deuxième Marseillaise au début de années 2000.

Tchouaméni : "J'ai dit à Camavinga : "Mets cette musique-là""

Interrogé après la victoire face aux Danois, Raphaël Varane a d'abord laissé planer le mystère : "Je ne sais pas, la musique est venue comme ça dans le vestiaire. On a célébré ensemble cette qualification pour les 8es de finale et j'espère qu'il y aura d’autres scènes de joie comme ça." Au micro de TF1, Aurélien Tchouaméni n’a pas manqué l’occasion de briller d’une autre façon qu’à travers sa puissance et son assurance sur le terrain : "Tu vois comme j’ai été bon, sourit-il, fier de lui. Au début, Cama (Eduardo Camavinga) avait le téléphone qui était connecté à l’enceinte. J’ai dit 'non, c’est pas le genre de musique qu’il faut mettre. Mets cette musique-là.'" Et "Freed from desire" a fait trembler pour la première fois les murs du vestiaire tricolore. "Je suis plutôt content de mon coup", savoure le milieu de terrain du Real Madrid. Nous, on est pas contre l'entendre encore trois fois au Qatar...

Aurélien Brossier Journaliste RMC Sport