RMC Sport

Coupe du monde: même le roi Federer est fan de Mbappé

Avant le début du tournoi de Wimbledon, Roger Federer a eu une petite pensée pour l'équipe de France. Et le Suisse s'est dit très impressionné par Kylian Mbappé et sa pointe de vitesse.

A la veille d’entamer la défense de son titre sur le Centre court de Wimbledon, Roger Federer est venu en conférence de presse ce dimanche. Vêtu d’un costume gris sur chemise blanche, le Suisse a été interrogé sur différents sujets, comme le dixième anniversaire de sa finale légendaire face à Rafael Nadal, perdue 9-7 au cinquième set à la nuit tombante, les contrôles antidopage ("Un seul en quinze ans pendant ma période hivernale à Dubaï, je trouve cela regrettable") ,mais aussi la Coupe du Monde de football.

RMC Sport a demandé à l’homme aux 20 Grands Chelems s’il avait découvert Kylian Mbappé à l’occasion du match Argentine-France. "Pas du tout, je le connaissais, a-t-il répondu. J’aime bien en plus. J’étais content qu’il marque deux fois. J’aime bien son ‘’speed’’ (sa vitesse), son attitude. Il est sympa, j’aime bien le regarder." Pour la petite histoire, occupé par une conférence de presse d’avant-tournoi, Andy Murray était dégoûté d’avoir raté les dix minutes de folie du match de Kazan.

Federer à fond derrière la Nati

Tous les quatre ans, Wimbledon est en concurrence avec le Mondial. "Les dernières années, c’est comme avec les grands matchs de tennis. Tu as plein de gens qui sont bloqués devant un écran de télé. C’est sympa: chacun a son caractère, pense différemment", explique Federer.

Le Suisse ne connaîtra pas de problème avec la "Nati". "Là, ça tombe bien, elle joue contre la Suède mardi à 15h (en Angleterre, 16h en France). Je vais pouvoir regarder et je serai à fond. J’étais très content qu’ils se soient qualifiés." Et, normalement, le numéro 2 mondial pourra suivre l’éventuel quart de finale sans risque de carambolage. En revanche, si des joueurs français sont en lice vendredi à Wimbledon, ils iront peut-être implorer le juge-arbitre pour bénéficier d’une programmation adéquate.

Eric Salliot