RMC Sport

France-Argentine: Pogba en leader, Deschamps comblé, Pavard sonné… la folle nuit des Bleus euphoriques

Après leur victoire magistrale face à l’Argentine en huitième de finale de la Coupe du monde (4-3), les Bleus ont vécu des heures mémorables dans le vestiaire et sur le chemin du retour vers Istra. L’euphorie s’est emparée de tous et des moments forts ont été partagés. Plongée au coeur de la furia bleue.

"On ne bouge pas, on reste ici, c’est chez nous", crie Presnel Kimpembe en entrant dans le vestiaire de la Kazan Arena. Les yeux rougis, Didier Deschamps tape le poing sur son cœur. Sublimes vainqueurs de l’Argentine (4-3), ses joueurs disputeront un quart de finale de Coupe du monde vendredi (16h) face à l'Uruguay.

Pogba: "On a posé nos c… sur la table. On a montré qui on était"

Didier Deschamps suit ses joueurs et avec ces deux index montre le sol en mode "On reste". Le vestiaire de l'équipe de France baigne dans l'euphorie. Ousmane Dembélé et Benjamin Mendy montent sur les tables et assurent le show pendant cinq bonnes minutes. Le joueur du Barça et celui de Manchester City lance le "Et Antoine il a tiré, et Antoine il a marqué, et Benjamin il a tiré, et Benjamin il a marqué, et Kylian il a tiré et Kylian il a marqué".

Pendant que certains dansent, Paul Pogba lâche quelques mots. "On a posé nos c… sur la table. On a montré qui on était", lâche le joueur de Manchester United, qui s’affirme de plus en plus comme un des patrons de cette équipe. Guy Stéphan tombe dans les bras de Didier Deschamps. Même le doyen des Bleus, le chef de presse, Philippe Tournon, se lâche et claque dans les mains de tous.

Le discours mémorable de Deschamps

"Chapeau, chapeau les gars. Je suis fier de vous, de votre envie, de votre générosité, lâche le vrai boss, Didier Deschamps à ses joueurs. Vous avez fait un match d’hommes." Le sélectionneur se permet une accolade avec Mbappé et souffle quelques mots à son oreille: "Bravo pour ton match et ton travail défensif."

L’émotion est palpable. Personne ne dit un mot pendant le discours du coach. "Je l’avais rarement vu comme ça, le coach. Il avait l’air vraiment ému. C’était fort comme moment", glisse un joueur.

Les enceintes ont craché très vite de la musique. Bataille d’eau et de jus de fruits… "Pour le champagne, ce sera pour la finale", rigole un joueur de l’équipe de France. Musique, danse, chants sur la musique "Sac A Dos" du chanteur Naza qui cartonne dans le vestiaire… Même le staff s’y met. Tous se congratulent. Le vestiaire déborde d’une joie mêlée d’un sentiment de fierté et d’accomplissement.

Rami au héros Pavard: "Je t’aime mon Jeff Tuche"

Paul Pogba, toujours en leader, glisse à certains de ses coéquipiers: "Parlez bien devant les caméras, on doit expliquer aux gens qu’on a un fait un grand match, on est une équipe." Blaise Matuidi, toujours classe, en profite pour saluer son coéquipier en club Paulo Dybala et pour le réconforter.

Adil Rami prend dans ses bras Benjamin Pavard, l’un des héros de Kazan. Il lui glisse en riant: "Je t’aime mon Jeff Tuche." Le défenseur reste circonspect. Il ne comprend pas ce qui se passe, il ne bouge pas de sa place dans le vestiaire et échange avec sa petite amie. Le joueur est encore très ému. Antoine Griezmann le félicite et lui lâche "Oh Pavardax, tu les mets comme ça à l’entraînement hein!"

L’Uruguay est déjà dans tous les esprits

La musique ne s’arrête pas. Elle fait trembler les murs du vestiaire et accompagnera les Bleus jusque dans l’avion qui les ramènera dans la nuit à Istra. Paul Pogba, Florian Thauvin et Samuel Umtiti sont increvables dans le bus. "Soirée de fou, des émotions de malade, lâche le Barcelonais un peu plus tard dans l’avion. On est une équipe de fous." Un poil plus mesuré, Didier Deschamps savoure lui aussi. Et, mobilisateur, il lance à ses hommes: "Les gars, profitez bien de votre soirée et de votre matinée. Dès demain (dimanche), on se tourne vers ce quart de finale."

Un quart de finale qui aura lieu vendredi contre l’Uruguay de Diego Godin, Edinson Cavani et Luis Suarez. Dans le bus qui ramène les joueurs à l’aéroport, les Bleus ont suivi le match Uruguay-Portugal (2-1). Lucas Hernandez et surtout Antoine Griezmann étaient très heureux de retrouver leurs coéquipiers de l’Atlético de Madrid.

"On a fait quelque chose de grand. A nous de le transformer en énorme"

Dans l’avion du retour vers Istra c’est un peu plus calme. Seul Kimpembe continue de faire rythmer les Bleus avec le son "Siguelo Bailando" de la star du reggaeton Ozuna. Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé préfèrent retourner vers leurs ordinateurs et Football Manager.

A leur retour à Istra, le personnel de l’hôtel fait une haie d’honneur aux joueurs. Quelques Bleus, impressionnés, n’ont pas dormi de la nuit, échangeant pour certains avec leurs proches en France. "Ça y est, on a fait quelque chose de grand. Maintenant, à nous de le transformer en énorme", confie un Tricolore. Il reste trois matchs aux Bleus pour faire chavirer la France.

Mohamed Bouhafsi avec Saber Desfarges