RMC Sport

Equipe de France: Deschamps s’explique sur sa rencontre avec Benzema

Le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps, a raconté comment il était passé outre ses réticences pour finalement rappeler Karim Benzema après l'avoir rencontré.

C’est la sensation du soir sur la planète football, un retour qui fait parler dans le monde entier. L’attaquant du Real Madrid, Karim Benzema, écarté de l’équipe de France depuis 2015, dans le sillage de l’affaire de la sextape, et après des mots malheureux qu’il avait eus à l’encontre de son sélectionneur, a été rappelé ce mardi pour disputer l’Euro (11 juin-11 juillet). Didier Deschamps, fidèle à une approche très pragmatique, a signé un contre-pied monumental, alors qu’on pensait les deux hommes irréconciliables.

"Par rapport à Karim, il y a eu une étape importante, c'est le fait qu'on puisse se voir et discuter ensemble, a expliqué Deschamps. C'est la première étape. J'ai pris le temps de réfléchir, d’avoir mon ressenti, d'analyser ce qu'on s'est dit. Je ne parlerai pas du contenu de notre discussion, qui a eu lieu il y a un petit moment, quand même, pour en arriver aujourd'hui à la décision de le sélectionner. Je n'ai jamais dit, à aucun moment, que Karim Benzema n'était pas sélectionnable."

L’idée de rappeler le banni a ensuite longtemps trotté dans la tête du sélectionneur. Et Deschamps l’assure aujourd’hui, Karim Benzema aurait même été présent dans une liste de 23 joueurs, sans les trois joueurs supplémentaires accordés par l'UEFA pour faire face à la crise sanitaire. L’attaquant du Real Madrid n’a bénéficié d’aucune circonstance favorable. "C'est l'offenser de penser qu'il ne pouvait pas être dans les 23. C'est Karim Benzema ! Sans vouloir faire de hiérarchie, là je ne vous cache pas qu'il aurait été dans les 23", a souri le sélectionneur.

Deschamps: "Karim est un garçon intelligent"

Didier Deschamps a également loué la "maturité" et les "statistiques" implacables du buteur du Real Madrid, tout en faisant une mise au point sur les cinq années passées, où il a parfois semblé vouloir balayer le sujet d’un revers de la main: "Je n'ai jamais dit que je ne reconnaissais pas la qualité et le niveau de Karim, s’est-il offusqué. Ce qui ne nous a pas empêchés d'avoir de très bons résultats. On a été finalistes de l'Euro et champions du monde. C'était sans lui, ni d'autres joueurs non plus".

Adulé en Espagne, Karim Benzema va renouer le fil de son histoire avec les Bleus, et il ne doit cela à aucun joueur de ses relais dans le vestiaire: "Je n'ai jamais impliqué les joueurs dans la sélection ou la non-sélection d'un joueur, ce n'est pas leur rôle. (...) C'est moi qui prends la décision, pour leur intérêt bien évidemment. Je n’ai été obligé de faire quoi que ce soit par qui que ce soit. Mes choix sont toujours guidés par une seule idée, le bien de l'équipe de France."

Il a été demandé à Didier Deschamps s'il avait des garanties sur l'équilibre du groupe, le retour de Benzema étant susceptible de créer quelques remous. Ce qui a donné lieu à une réponse laconique du coach des Bleus, dans un premier temps: "Vous avez la réponse par rapport au choix que je fais. Sinon, j'aurais fait un autre choix". Puis le sélectionneur a fini par développer: "Je n'ai pas d'inquiétude. Karim n'est pas stupide, et il est même intelligent. Il vient dans un groupe avec un vécu et des repères. Ils ne sont pas tous amis, mais forcément l'ambiance est bonne."

QM