RMC Sport
EXCLU RMC SPORT

Equipe de France: Bruno Genesio "se sent capable" d’entraîner les Bleus

L’entraîneur du Stade rennais Bruno Genesio a affirmé ce lundi au micro de Rothen s’enflamme sur RMC avoir les épaules pour entraîner un jour l’équipe de France. Même s’il sait que ce poste "demande d’autres arguments".

Bruno Genesio ne manque pas d’ambition. Après l’OL, la Chine et le Stade rennais, l’entraîneur de 56 ans pourrait viser à terme l’équipe de France. C’est ce qu’il a affirmé ce lundi au micro de Rothen s’enflamme sur RMC, en réponse à une question de Jérôme Rothen et en gardant toutefois de la distance avec cette proposition étonnante, par respect pour son confrère Didier Deschamps.

"D’abord il y a un sélectionneur qui est en place, calme Genesio, avant d’analyser brièvement la forme des Bleus. Honnêtement, moi j’aime l’équipe de France, ils ont tout pour défendre leur titre et gagner de nouveau une Coupe du monde, avec un sélectionneur qui a un palmarès... il n’y a pas assez de place pour en parler. Il faut leur faire confiance et être derrière, eux, c’est surtout ça qui est important. C’est vrai qu’il y a une passe un peu plus difficile, mais avec beaucoup de blessés. Il faut être confiant pour la Coupe du monde".

"À l'avenir, moi je me sens capable"

Interrogé sur la possibilité d’un jour prendre ce poste, Bruno Genesio ne se défile pas. "À l’avenir, moi je me sens capable, affirme-t-il. Je me sens capable d’entraîner dans un très grand club, je me sens capable de prendre une sélection. Mais aujourd’hui l’équipe de France est l’une des plus grosses nations au monde. On sait tous que ça demande d’autres arguments que simplement de s’en sentir capable".

À titre indicatif, le contrat de Didier Deschamps prend fin au 31 décembre prochain, soit quelques jours après la finale du Mondial. En juillet dernier, il a rencontré le président de la FFF Noël Le Graët sans pour autant évoquer la suite de son avenir à la tête des Bleus, le dirigeant assurant simplement que "l’avenir, c’est le Qatar". De son côté, le sélectionneur disait en août que cette Coupe du monde ne sera "certainement pas la dernière".

JAu avec Rothen s'enflamme