RMC Sport

Équipe de France: Deschamps rappelle qu'une "ligne blanche" a été franchie avant l'Euro 2016

Sur la chaîne L'Équipe, ce mardi, le sélectionneur Didier Deschamps a expliqué ne plus lire la presse sur ce qui le concerne et ses équipes depuis que la "ligne blanche" a été franchie avant l'Euro 2016.

Un temps homme de médias pendant sa carrière d'entraîneur, Didier Deschamps n'épluche plus la presse pour voir ce qu'il se dit à son sujet. Le sélectionneur de l'équipe de France le raconte dans un entretien diffusé ce mardi par la chaîne L'Équipe. "Ça ne m'intéresse pas", dit-il notamment, avant d'expliquer que cette imperméabilité aux commentaires médiatiques n'est pas survenue après son passage à l'OM, mais avant l'Euro 2016.

Ce qui correspond à la cassure avec Karim Benzema, écarté des Bleus après sa mise en examen dans l'affaire du chantage à la sextape contre Mathieu Valbuena. L’attaquant du Real Madrid avait affirmé dans la presse espagnole que Didier Deschamps avait "cédé sous la pression d’une partie raciste de la France" en refusant de le sélectionner pour l’Euro 2016. La maison du sélectionneur à Concarneau avait ensuite été taguée. 

"La ligne blanche est là pour tout le monde"

"Ça a dépassé la ligne blanche", affirme-t-il en évoquant cette période, sans jamais nommer quiconque. "À un moment, on peut parler de tout. Mais après, avec les conséquences que ça peut avoir dans sa propre vive privée... Il y a des choses pour lesquelles je fais preuve de beaucoup de tolérance et d'empathie. Mais à un moment donné, la ligne blanche est là pour tout le monde", lâche le sélectionneur.

Dans le reste de cet entretien, Didier Deschamps évoque aussi le rapport des joueurs à "la notion de respect et d'autorité". Pour lui, c'est "très difficile" de gérer un groupe si l'entraîneur est défié de cette façon. "Ce qui n'empêche pas qu'ils peuvent avoir une parole mal placée", admet-il, avant de finir son propos en estimant qu'un premier dérapage constitue "une erreur", mais qu'une deuxième sortie de route représente "une faute" à ses yeux.

JA