RMC Sport

Equipe de France: Lloris s'en prend aux fake news sur Benzema et les cadres des Bleus

Amer face aux rumeurs qui ont entouré le retour de Karim Benzema en Bleus en marge de l’Euro, Hugo Lloris a tenu à clarifier les conditions de la réintégration de l'attaquant au groupe France. Et balayé les fausses informations qui ont pu circuler à ce propos.

Sa convocation, cinq et demi après la dernière, avait fait couler beaucoup d’encre. Près de deux mois après l’Euro, conclu pour l’équipe de France de manière inattendue en huitièmes de finale, tout le monde s’accorde à dire que le retour de Karim Benzema en Bleus a été plus que satisfaisant, lui qui fut l’une des rares satisfactions tricolores durant la compétition.

Pourtant, et malgré ses quatre buts inscrits en autant de rencontres au Championnat d’Europe – deux doublés contre le Portugal et la Suisse –, les conditions de retour du buteur du Real Madrid ont largement été commentées. Etayées, bien souvent, par de fausses informations selon son capitaine en sélection, Hugo Lloris.

"Il y a tellement de choses qui ont été dites à tort et à travers… Mais avoir dit que j’aurais reproché au sélectionneur de ne pas m’avoir prévenu pour le retour de Karim (Benzema) était totalement faux, regrette ce mercredi le gardien des Bleus dans un entretien à L’Equipe. C’était une information qui reposait sur des sources malhonnêtes."

"Karim a été exemplaire et n’a rien demandé, alors cette polémique m’a embêté"

Revenu sur l’élimination française surprise face aux Suisses et la séance de tirs au but fatidique, Lloris a également tenu à faire part de son mécontentement quant au traitement dont a fait l’objet Karim Benzema depuis. Et balayé d’un revers de main les rumeurs selon lesquelles les cadres de l’équipe de France, lui inclus, avaient joué un rôle décisif auprès de Didier Deschamps dans le retour de l’attaquant de 33 ans en Bleus.

"Dire que les cadres ont demandé le retour de Karim est aussi faux que de dire qu’ils étaient contre son retour. Karim, lui, a été exemplaire et n’a rien demandé, alors cette polémique m’a embêté, poursuit le gardien de Tottenham. Le sélectionneur a toujours été le seul décisionnaire, il n’a pas à se justifier, et moi, je n’ai jamais été concerté pour quoi que ce soit. Je sais où est ma place, je ne suis que le capitaine des joueurs sélectionnés. Et je suis professionnel et intègre."

Et Lloris de conclure, amer: "Mais je suis là depuis treize ans, et je sais comment ça se passe dès que l’équipe de France est en difficulté".

Romain Daveau Journaliste RMC Sport