RMC Sport

Equipe de France: Trezeguet met les Bleus en garde contre le syndrome 2002

Buteur héroïque de l’Euro 2000, David Trezeguet se souvient du terrible camouflet vécu par la France au Mondial 2002 malgré la meilleure attaque sur le papier. Alors, l’ancien attaquant met en garde les Bleus contre cet écueil.

A l’approche de chaque Euro, le nom de David Trezeguet revient régulièrement dans les mémoires. C’est lui qui avait offert le titre à la France en 2000 grâce à son but en or inscrit en finale face à l’Italie (2-1, a.p.). L’ancien joueur de la Juventus garde en revanche un souvenir plus amer de la Coupe du monde 2002 que les Français, tenants du titre, avaient conclu avec un seul point, aucun but inscrit et une élimination cinglante dès le premier tour.

Ces Bleus comptaient pourtant les meilleurs buteurs des championnats d’Italie (Trezeguet), de France (Djibril Cissé) et d’Angleterre (Thierry Henry). Dix-neuf ans plus tard, l’ancien attaquant met donc en garde les hommes de Didier Deschamps, présentés comme les grands favoris au regard de l’accumulation de talents en attaque.

"Sur le papier (en 2002), on était peut-être les plus forts"

"On possédait alors les trois meilleurs réalisateurs de trois championnats européens et au final on achève le premier tour avec zéro but se souvient-il dans une interview au Parisien. Sur le papier, au niveau des statistiques, on était peut-être les plus forts. Mais il y a une seule vérité, c’est celle du terrain. Quand tu as ça à l’esprit, tu as déjà fait un pas en avant. Pour connaitre Didier, il a dû beaucoup travailler l’aspect mental pour s’épargner pareils tracas et entrer de la meilleure des manières dans le vif du sujet. Le premier match est primordial. Il donne le ton d’une compétition. J’imagine les joueurs pressés d’en découdre avec l’Allemagne (ce mardi, 21h). C’est une première finale. Il y en aura, si tout va bien, six autres ensuite."

Pour "Trezegol", la France sera "l’équipe à battre". Mais il ne doute pas de la préparation mentale de Didier Deschamps auprès de ses troupes. Il se réjouit aussi de la force de frappe française.

"Le rappel de Karim (Benzema) a largement été commenté et pas seulement en France, note-t-il. Avec lui, elle possède un sacré trio (Griezmann-Mbappé-Benzema), sans compter les forces présentes sur le banc. Chacun dans un registre différent amène un plus à l’équipe. Ces trois joueurs parlent le même langage sur le terrain, celui du talent et du but. Ils respirent le foot."

NC