RMC Sport

Euro 2021: "Chacun connaît sa place", Sissoko détaille son rôle chez les Bleus

Moussa Sissoko figure dans le groupe tricolore pour l’Euro, trois ans après avoir manqué le Mondial 2018. Auprès du journal Ouest-France, Le milieu de 31 ans s’est confié ce lundi sur sa relation avec Didier Deschamps et son statut chez les Bleus.

Le soldat de Deschamps est de retour. Absent en Russie, Moussa Sissoko n’a pas participé à la conquête du titre mondial. Trois ans plus, tard le milieu de Tottenham espère remporter l’Euro avec l’équipe de France, le 11 juillet prochain à Wembley. A deux jours du troisième match des Bleus dans le groupe F, mercredi contre le Portugal, celui qu’on s’amuse à présenter comme l’un des chouchous du sélectionneur est revenu sur son statut dans le groupe et sa relation avec Didier Deschamps.

"C’est un bien grand mot (Deschamps vous adore, ndlr). Il m’aime bien, mais comme les autres joueurs, a répondu le vétéran de presque 32 ans auprès de Ouest-France. Cela fait longtemps que je suis là, c’est peut-être plus facile pour lui de me parler qu’à des joueurs plus jeunes. Mais je n’ai pas de statut particulier."

>> Tous les matchs de l'Euro sont à voir via l'offre RMC Sport-beIN Sports

Sissoko: "Un statut moindre, j’en suis quand même fier"

Laissé en tribunes avec Marcus Thuram et Léo Dubois lors du succès contre l’Allemagne (1-0), Moussa Sissoko est ensuite resté sur le banc pendant le nul contre la Hongrie (1-1). Un statut de joker, prêt à faire les efforts pour l’équipe, dont le milieu des Spurs se contente pour son deuxième Euro avec l’équipe de France. La star de l’équipe, ce n’est pas lui et cela lui convient à merveille.

"Très bien. Chacun connaît sa place. Karim (Benzema), Kylian (Mbappé), Grizou (Griezmann) sont des stars… C’est bien, on est content de les avoir. Il faut accepter leur statut, a encore reconnu Moussa Sissoko. Moi qui ai un statut moindre, j’en suis quand même fier. Je ne l’échangerais pour rien au monde. Il m’a permis d’être l’homme que je suis aujourd’hui. Et je suis très fier de ce que je suis devenu."

Et de conclure sans une once d’amertume: "On sait qu’il y aura toujours des gens plus mis en lumière, plus forts. C’est la vie, il faut l’accepter. Pas besoin de jalousie ou de rancœur."

Moussa Sissoko fait passer le groupe et l’équipe en premier, c’est peut-être aussi pour cela que Didier Deschamps l’apprécie tant et lui a offert 66 de ses 69 sélections chez les Bleus.

JGL