RMC Sport

Euro Espoirs: malgré leurs débuts ratés, les Bleuets qualifiés pour les quarts

Tombeurs de l'Islande ce mercredi (2-0), grâce à des buts de Mattéo Guendouzi et Odsonne Edouard, les Bleuets sont qualifiés pour la phase finale de l'Euro Espoirs. Ils affronteront les Pays-Bas en quarts le 31 mai prochain.

Mission remplie pour les Bleuets. Sans trembler. L'équipe de France Espoirs, qui n'a gagné la compétition qu'une seule fois (1988), s’est qualifiée ce mercredi pour la phase finale de l’Euro en dominant l’Islande (2-0). Elle se rendra à Budapest (Hongrie) le 31 mai prochain pour y défier les Pays-Bas en quarts, avant une éventuelle demie trois jours plus tard. La date du 6 juin est d’ores et déjà cochée: c’est ce jour-là qu’aura lieu la finale à Ljubljana (Slovénie).

Après une entame de tournoi ratée face au Danemark (1-0), les joueurs de Sylvain Ripoll avaient su réagir dimanche avec une victoire autoritaire devant la Russie (2-0). Cette montée en puissance s’est confirmée lors de la troisième et dernière journée de la phase de groupes.

Le joli ballon piqué d’Odsonne Edouard

Certes, l’Islande n’avait rien d’effrayant, encore moins privée de quatre de ses joueurs partis rejoindre l’équipe nationale A. Encore fallait-il se montrer suffisamment sérieux pour éviter une grosse désillusion. Fidèle à sa logique de turnover, Ripoll avait procédé à quatre changements dans son onze de départ, avec notamment le retour du capitaine Mattéo Guendouzi.

Un choix payant puisque le jeune milieu de terrain, prêté cette saison par Arsenal au Hertha Berlin, s’est chargé d’ouvrir le score à la réception d’un centre d’Alexis Claude-Maurice (17e). Son premier but avec les Espoirs. Archi-dominateurs et rarement inquiétés, les Français ont fait le break avant la pause sur un joli piqué d’Odsonne Edouard, bien lancé par Faitout Maouassa (38e).

Au cours d'une seconde période disputée sur un rythme très, très calme, et c'est un euphémisme, Ripoll a continué de faire tourner en donnant du temps de jeu à Romain Faivre, Randal Kolo Muani, Armand Laurienté et Eduardo Camavinga. Des éléments qui ne sont pas parvenus à emballer une rencontre pliée en 40 minutes.

Ce succès permet aux Bleuets de terminer à la deuxième place de leur groupe derrière le Danemark, l’autre qualifié du groupe C. Seule ombre tableau : la sortie sur blessure en première période d’Aurélien Tchouaméni. Touché à la cheville droite sur une vilaine semelle, qui aurait dû valoir un carton rouge à Kolbeinn Finnsson, il a tenté de rester sur le terrain, avant de se résigner à sortir. Un potentiel coup dur pour l’AS Monaco, à la lutte pour le titre en Ligue 1 et qui affrontera samedi le FC Metz.

RR