RMC Sport

Euro: pourquoi la première place changerait tout pour les Bleus

L’équipe de France lance son Euro ce mardi soir face à l’Allemagne, sans se projeter pour le moment au-delà des poules. Mais sortir premier de ce groupe de la mort offrirait a priori un parcours plus abordable qu’une deuxième place par exemple.

L’heure n’est pas encore au calcul. L’équipe de France débute son Euro, ce mardi face à l’Allemagne (21h), escortée du statut de favori. Et d’une sérieuse adversité. Elle figure dans le groupe de la mort, le F, en compagnie du Portugal, champion d’Europe en titre, et de la Hongrie, adversaire présumé plus faible mais bénéficiant de l’avantage de joueur deux de ses trois matchs à domicile, dans un stade comble. La mission première des hommes de Didier Deschamps sera de se qualifier pour les huitièmes de finale.

>> Euro: les infos en direct

Elle semble atteignable dans ce format à 24 équipes qui octroie un billet aux deux premiers de chaque poule et aux quatre meilleurs troisièmes (sur six). Le classement des Bleus sera pourtant déterminant pour la suite de la compétition. Si la logique est respectée, la première place devrait offrir un adversaire moins redoutable en huitième, qu'en cas de troisième place.

S’ils terminent premiers, les coéquipiers de Hugo Lloris affronteraient le troisième du groupe A (Italie, Suisse, pays de Galles, Turquie), B (Belgique, Finlande, Danemark, Russie) ou C (Autriche, Pays-Bas, Ukraine, Macédoine du Nord). Sauf contre-performances notables, ils devraient éviter l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas.

La deuxième place serait beaucoup moins réjouissante avec un huitième de finale face au premier du groupe D, potentiellement l’Angleterre qui jouerait alors à domicile (Wembley). La Croatie, battue par les Anglais (1-0) en ouverture, a perdu du terrain mais reste en course. La République tchèque, victorieuse de l’Ecosse pour son entrée en lice (2-0), peut aussi viser le trône de cette poule.

En terminant parmi les quatre meilleurs troisièmes, les Bleus s’exposeraient à une situation très délicate puisqu’ils affronteraient soit le premier du groupe B (Belgique ?) ou du groupe C (Pays-Bas?). L'identité de l'adversaire dépendra de la provenance des groupes des trois autres meilleurs troisièmes.

La quatrième place est, elle, synonyme d’élimination. Le format à 24 rend encore assez flous les contours de la suite du parcours qui va démarre très fort, ce mardi, face à l’un des prétendants sérieux au titre.

Les potentiels huitièmes de finale des Bleus

En cas de première place

Lundi 28 juin (Bucarest)
21h: Contre le 3e du Groupe A (Italie, Suisse, pays de Galles, Turquie), B (Belgique, Finlande, Danemark, Russie) ou C (Autriche, Pays-Bas, Ukraine, Macédoine du Nord)

En cas de deuxième place

Mardi 29 juin (Londres)
18h: contre le 1er du Groupe D (Angleterre, Croatie, République tchèque, Ecosse)

En cas de troisième place

Dimanche 27 juin (Budapest)
18h: contre le premier du Groupe C (Autriche, Pays-Bas, Ukraine, Macédoine du Nord)

ou

Dimanche 27 juin (Séville)
21h: contre le 1er du Groupe B (Belgique, Finlande, Danemark, Russie)

NC