RMC Sport

France-Afrique du Sud: Deschamps furieux après les sifflets contre Clauss

En conférence de presse, Didier Deschamps a déploré les sifflets d’une partie du public du stade Pierre-Mauroy de Lille à l’encontre de Jonathan Clauss, ce mardi lors du match amical entre la France et l’Afrique du Sud (5-0).

Didier Deschamps n’a pas du tout apprécié l’attitude d’une partie du public lillois. Ce mardi soir, lors du match amical entre la France et l’Afrique du Sud (5-0), Jonathan Clauss a été sifflé par certains supporters français présents dans les travées du stade Pierre-Mauroy, certains Lillois n’oubliant pas que le latéral évolue toute l’année sous les couleurs du rival lensois.

>> Revivez France-Afrique du Sud (5-0)

En conférence de presse, le sélectionneur de l’équipe de France a fustigé cette attitude. "Je trouve regrettable, pour ne pas dire plus, ce qu'il s'est passé en première période. Cela va à l'encontre de l'équipe de France avant d’aller à l’encontre de Clauss", s’est agacé Deschamps. "Ce ne sont pas des supporters ces personnes là. (...) En parler, c’est leur donner de l’importance. Ils n’ont vraiment aucune importance."

Un tonnerre d'applaudissements à sa sortie

Les sifflets des spectateurs ont retenti à l'annonce de la composition des Bleus, mais aussi sur les premières touches de balle du joueur. Mais, au fil des minutes, les contestations parmi les 48.000 spectateurs se sont estompées. À la place, le néo-international a même reçu un franc soutien. À la 88e minute, son remplacement a été suivi par un tonnerre d'applaudissements, un final en apothéose.

À quelques heures du match, une affiche représentant le Français sous le maillot des Bleus, aux abords de l'enceinte lilloise avait déjà été la cible de nombreux tags: "F*** Lens", "Lensois de m***", "Not Lens Welcome". D'autres tags hostiles à Clauss et au RCL figuraient également sur le sol.

En conférence de presse, Clauss avait anticipé ces sifflets. "J'ai le maillot de l'équipe de France sur le dos. Que je sois sifflé ou pas, à la rigueur... Si je ne le suis pas, tant mieux ça va m'aider au moins. Si je le suis, c'est OK. C'est comme ça."

FG