RMC Sport

France-Belgique: ce qu’il s’est passé à la mi-temps, avant que les Bleus renversent tout

Dépassée et menée 2-0 à l’issue de la première période, l’équipe de France a réussi à renverser la Belgique ce jeudi à Turin en demi-finales de la Ligue des nations. A la mi-temps, les Bleus ont mis les choses au point.

"On s’est dit les choses à la mi-temps": le célèbre poncif des footballeurs repris par Kylian Mbappé après la victoire de l’équipe de France, face à la Belgique ce jeudi soir en demi-finales de la Ligue des nations (3-2), n’a peut-être jamais été aussi vrai. Les 15 minutes entre les deux périodes à Turin peuvent représenter un tournant important dans la vie de groupe, pour les prochains mois des Bleus sur leur route vers la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Menés 2-0 par la Belgique, les Français se sont d’abord fait tancer par leur sélectionneur Didier Deschamps, logiquement énervé après les 45 premières minutes. Avec un discours offensif, DD y croyait encore et l’a dit à ses hommes en leur demandant de l’orgueil, du caractère, de la détermination et de l’agressivité. Le technicien a insisté sur le pressing et le bloc équipe pour attaquer et défendre ensemble.

Un pressing que Didier Deschamps avait demandé avant la rencontre mais qui ne s’est pas mis en place sur la première mi-temps. Si le sélectionneur a pu paraitre agacé, on était encore loin du coup de gueule à la mi-temps du déplacement en Bosnie-Herzégovine, où Didier Deschamps avait été très véhément envers ses hommes.

Pogba et Lloris ont réveillé les Bleus

Après les paroles du sélectionneur, ce sont les cadres de l’équipe de France qui ont pris le relais. Certains témoins décrivent une scène à la résonance importante, mais pas inhabituelle en équipe de France, où certains joueurs prennent souvent la parole lorsque la situation le demande. Touchés dans leur fierté, quelques Bleus ont senti le besoin de s’exprimer. Paul Pogba d’abord, qui a réclamé de l’unité et de l’orgueil: "Si on met un but, on va les faire douter… On est la France".

Puis Hugo Lloris, le capitaine, a fait partie de ceux qui ont joué sur la corde de la motivation pour essayer de faire prendre conscience à leurs coéquipiers que la fin de la première mi-temps était très loin des attentes d’une équipe championne du monde. Toujours en réclament plus de solidarité dans l’équipe, notamment défensivement où le duo Pogba-Rabiot s’est souvent retrouvé en infériorité dans des zones décisives. La demande était simple : défendre à 11 et attaquer à 11. Un vœu exaucé sur la deuxième mi-temps.

J.Re et L.T