RMC Sport

France-Côte d’Ivoire: sur les traces de Raphaël Varane, le surdoué Lensois

Cinq ans après son départ de Lens, où il était arrivé à l’âge de huit ans, Raphaël Varane revient pour la première fois au stade Bollaert ce mardi avec l’équipe de France pour un match amical face à la Côte d’Ivoire. RMC Sport s’est rendu chez les Sang&Or pour comprendre comment a grandi le défenseur central des Bleus et du Real Madrid. Et pourquoi il était déjà un phénomène.

Econduire Zinedine Zidane, c’est possible. Nous sommes en 2011. En pleine révision pour le bac ES, Raphaël Varane reçoit un appel téléphonique de Zinedine Zidane, alors conseiller du président Florentino Perez au Real Madrid. "Zizou" demande au défenseur central du RC Lens de rejoindre les Merengue, entraînés par José Mourinho. Refus du natif de Lille, qui demande un délai. L'adolescent privilégie les études. Il veut d’abord obtenir son diplôme, ce qui sera chose faite pour le plus grand bonheur de sa maman, professeur de français. Le bac en poche et en dépit de l'intérêt d'Arsenal, Chelsea et même du PSG, Varane rejoindra durant l'été le grand Real contre 10 millions d'euros.

Tout Raphaël Varane est résumé dans cette anecdote. A Lens, où il revient pour la première fois ce mardi avec l’équipe de France pour affronter la Côte d’Ivoire en match amical, personne n’a oublié ce garçon intelligent, précoce et talentueux. « C’est un joueur parfait, avance Hervé Arsène, directeur du centre de formation, qui a eu Raphaël sous ses ordres à l’âge de 12 ans. Quand les joueurs arrivent ici, on veut qu’ils remplissent trois objectifs : sur les plans sportif, scolaire et de l’éducation. Lui, il excellait dans les trois domaines. »

Martel : « Il répondait toujours présent »

Le gamin, arrivé à l’âge de huit ans à la Gaillette en 2002, est doué. Il apprend vite. Bien plus vite que tous ses copains. « Quand on lui disait quelque chose le matin, il n’y avait pas besoin de le répéter l’après-midi », poursuit l’ancien joueur du RCL. « Certains de ses entraîneurs me disaient : "On peut le mettre numéro 6, arrière central, arrière droit…" Il répondait toujours présent », enchaîne le président Gervais Martel.

Raphaël Varane se démarque autant par ses qualités sur le terrain que par sa personnalité. Olivier Bijotat, l’un de ses formateurs, parle de « sa faculté d’assimilation et sa dimension humaine ». « Avec lui, vous pouviez multiplier les conversations sur des sujets sportifs mais aussi d’actualité. Je suis fier d’avoir rencontré Raphaël. » D'une étonnante maturité, le surdoué porte déjà avec lui cette image de gendre idéal.

Mauvais timing pour Lens

Reste le timing. Mauvais pour les Sang&Or. Moins de 10 mois après son premier match de Ligue 1 face à Montpellier, où il est au marquage d’un certain Olivier Giroud, Lens descend en Ligue 2. « On l’a sorti mais malheureusement, ce n’était pas la bonne période pour le RC Lens », soupire Gervais Martel, qui se contente aujourd’hui d’échanges de SMS. « Il a la politesse de répondre », ajoute le président. L’intéressé, notamment à travers sa famille, n’a jamais oublié ses racines, ni rompu le contact. Ce mardi soir, cinq ans après, Bollaert fêtera son enfant prodige comme s’il n’avait jamais quitté le Pas-de-Calais.

A lire aussi>> 13 novembre : le gros coup de gueule de Frank Leboeuf sur la minute de silence perturbée au Stade de France

AB avec JB