RMC Sport

France: Deschamps annonce de nombreux changements face au Kazakhstan

Didier Deschamps n’alignera pas la même équipe de France face au Kazakhstan, dimanche, que celle qui a concédé le match nul contre l’Ukraine, mercredi. Un choix guidé par la nature du déplacement et l’état de fraicheur de ses troupes.

Didier Deschamps va changer de onze dimanche au Kazakhstan, dimanche (15h) lors du deuxième match de qualification pour la Coupe du monde 2022. Et cela n’est pas seulement dû au triste match nul concédé contre l’Ukraine (1-1), mercredi au Stade de France. Le sélectionneur avait prévu une large revue d’effectif dès le début du rassemblement pour conserver l’état de fraîcheur de ses troupes à l’aube d’un long déplacement à Noursoultan (anciennement Astana), capitale du pays.

"Il va falloir bien récupérer... Mais pour récupérer, on va avoir un déplacement de onze heures vendredi, a rappelé Deschamps à l’issue de la rencontre. C'est comme ça, c'est valable pour les autres aussi. Il va falloir s'adapter à cette surface (le match se jouera sur synthétique, ndlr), le décalage horaire aussi. Je ne vous apprends rien: à partir du moment où je prends 26 joueurs, vous ne verrez pas les mêmes 11 dimanche."

"Il y aura forcément une rotation importante car notre adversaire n'a pas joué et la Bosnie (adversaire des Bleus mercredi) nous regardera à la TV avant de nous jouer, poursuit-il. Autrement, je mets les joueurs en danger, je prends des risques, indépendamment du fait que certains joueurs peuvent être un peu réfractaires à cette surface-là pour différentes raisons. Je prendrai le temps mais on aura évidemment besoin de fraîcheur pour le match de dimanche."

Vers un changement de schéma tactique

Les prochains entraînements donneront une indication sur les changements à venir. "DD" pourrait aussi changer son schéma tactique après le manque d’efficacité du 4-2-4 aligné face aux Ukrainiens, mercredi. "J'avais déjà fait cette animation contre la Moldavie, il y a deux ans, a-t-il rappelé au micro de L'Équipe. On n'avait pas fait une bonne première période non plus. Ce n'est pas la PlayStation."

Deschamps a déjà commencé à prendre quelques précautions mercredi en sortant assez rapidement Kingsley Coman, joueur offensif le plus remuant sur le terrain. "Il revenait d’une petite blessure, pas d’inquiétude, mais de l’attention particulière avec lui", a expliqué le sélectionneur. Avec trois matchs en une semaine, calés au milieu d'une saison très dense et sans coupure, les Bleus doivent se ménager tout en engrangeant. Avec le match nul face à l’Ukraine, ils n’ont déjà plus de temps à perdre dans ces qualifs.

NC avec Loïc Tanzi