RMC Sport

France-Russie : ces supporters réticents à revenir au Stade de France

Les supporters français au Stade de France le 13 novembre 2015

Les supporters français au Stade de France le 13 novembre 2015 - AFP

Après le déplacement aux Pays-Bas ce vendredi, les Bleus disputeront un autre match amical mardi à domicile contre la Russie. Des retrouvailles avec un Stade de France dans lequel certains des supporters présents le 13 novembre dernier ne peuvent plus revenir.

Les souvenirs restent, les images aussi. Plus de quatre mois après les terribles événements du 13 novembre, « les Corsaires » ne sont pas près d’oublier cette funeste soirée. Ce club de supporters de l’équipe de France de la ville de Dunkerque était présent dans les tribunes du Stade de France pour le match face à l’Allemagne. Ils n’ont bien sûr rien oublié.

« On garde beaucoup de stress par rapport à ce qui s’est passé, confirme Jean-Baptiste. On essaie de garder le cap mais on y pense encore aujourd’hui. On se demande si c’est bien de se déplacer sur un match ou non… » Marqués à jamais par l’horreur, « les Corsaires » ne vivront plus jamais leur passion du ballon rond de la même façon. Et la question du Stade de France de se poser. Alors, y retourner ou pas ?

« Je n’ai plus envie de vivre ça »

Certains ne peuvent plus. « Pour le moment, c’est non, pas de Stade de France, répond Jean-Baptiste. On préfère se remettre en confiance sur des matches dans d’autres stades avant d’y retourner. Sur le groupe d’amis avec qui j’étais au stade le 13 novembre, on est à peu près tous dans cette situation-là. Je n’ai plus envie de vivre ça. J’ai envie d’être heureux du début à la fin d’un match. »

Un choix qui aura une conséquence directe sur l’Euro 2016. « On a préféré ne pas prendre le match d’ouverture, explique Jean-Baptiste. Pour le moment, notre cheminement, ce sont les deux matches à Lille et Marseille. Est-ce que je n’irai plus jamais au Stade de France ? Je ne peux pas le dire. On va juste espérer que ça se passe bien pour pouvoir y retourner… »

« Je ne vais pas mettre en péril mon fils pour un match de foot »

Autre « Corsaire », Alain adopte une attitude différente. Malgré des craintes logiques, c’est toujours oui pour le Stade de France. « Je vais toujours supporter l’équipe de France, raconte-t-il. Je retourne au Stade de France mardi. Mais j’irai avec un peu plus d’angoisse qu’en allant aux Pays-Bas, où je fais le déplacement ce vendredi. On sera sur le qui-vive au moindre petit truc. Lors de notre dernière assemblée générale, beaucoup de gens ont dit qu’ils misaient sur le match aux Pays-Bas, qui est une belle affiche, et qu’ils mettaient de côté la Russie. Une des raisons est l’effet attentat car les gens ont peur de retourner au Stade de France. Je connais quelqu’un qui vient avec moi aux Pays-Bas mais qui ne viendra pas mardi car il n’est pas prêt à retourner là-bas pour l’instant. »

Alain, lui, ne prendra pas le risque de s’y rendre avec son fils de 11 ans. « Il a un peu peur. Il était prêt à venir avec moi aux Pays-Bas mais pas à revenir à Paris car ça s’est passé là-bas. Ma priorité est sa sécurité et je ne vais pas aller le mettre en péril pour un match de foot. Ça me blesse un peu car ça fait cinq ans qu’il vient constamment voir les matches avec moi mais je préfère le mettre en sécurité. »

la rédaction avec J.Bo.