RMC Sport

Giroud laisse les états d’âme au vestiaire

Olivier Giroud

Olivier Giroud - -

Alors qu’Antoine Griezmann était encore attendu comme titulaire, Olivier Giroud lui a finalement été préféré face à la Suisse (5-2). Et l’attaquant d’Arsenal, auteur d’un but et d’une passe décisive, a parfaitement répondu aux attentes de Didier Deschamps.

C’est ce qui s’appelle un ascenseur émotionnel. Et un sacré ! Alors que tout portait à croire que Didier Deschamps allait une fois de plus le placer sur le banc face à la Suisse, après l’avoir déjà fait contre le Honduras (3-0), Olivier Giroud a finalement joué d’entrée ce vendredi à Salvador de Bahia. Il a même quasiment été le meilleur joueur sur le terrain. Aligné en pointe, soutenu par Karim Benzema et Mathieu Valbuena qui tournaient autour de lui, l’attaquant d’Arsenal s’est régalé, jouant en déviation, gênant la défense helvète par sa puissance physique mais surtout en se montrant décisif. 

En sautant plus haut que toute la défense suisse sur un corner de Mathieu Valbuena, l’ancien Montpelliérain a inscrit le 100e but de l’histoire de l’équipe de France en Coupe du monde, d’un coup de tête puissant (17e). Et juste avant la mi-temps, parfaitement lancé par Raphaël Varane, Giroud s’est mué en ailier gauche avant de servir sur un plateau Mathieu Valbuena pour le 3e but (40e). Un match plein dont rêvait sans doute celui qui n’avait pas caché sa « déception » de ne pas être titulaire lors de l’entrée en lice des Bleus, alors qu’il s’était montré excellent (et titulaire) lors des matchs de préparation. 

Deschamps l'a pris à part

Remplacé par Paul Pogba à la 63e minute, Giroud est sorti avec un grand sourire aux lèvres, félicité par tout le staff tricolore, dont un Didier Deschamps qui l’avait pris à part cette semaine, sans doute pour lui indiquer que si les Bleus voulaient aller loin dans la compétition, il avait besoin que tous ses joueurs se sentent impliqués et que personne ne sorte du rang. Seul petit nuage dans le ciel très bleu de l’équipe de Didier Deschamps depuis le début du Mondial, le « cas » Giroud semble donc être réglé. 

Si Antoine Griezmann s’était montré convaincant face au Honduras, il sera difficile pour l’attaquant de la Real Sociedad de déloger le numéro neuf des Bleus, auteur de son 9e but en 32 sélections. Et même si Giroud assurait que son « petit cas passait après le groupe », il doit savourer un peu plus que les autres cette large victoire. 

dossier :

Olivier Giroud

Alexandre Alain