RMC Sport

Angleterre-Ecosse: Foden, Saka, Bellingham... pluie de jeunes talents dans la sélection anglaise

Avec en tête de gondole l’insaisissable Phil Foden, les Anglais comptent, lors de cet Euro, sur une toute jeune génération de joueurs. Ils ne sont pas tous amenés à jouer énormément mais auront leur rôle à jouer.

Jordan Henderson, Kyle Walker et Kieran Trippier sont des exceptions: au sein du groupe anglais convoqué par Gareth Southgate pour l'Euro, ils sont les seuls trentenaires. Le capitaine, Harry Kane, n’a que 27 ans, Raheem Sterling (26 ans) et Marcus Rashford (23 ans) sont encore plus jeunes, et le constat est le même à chaque ligne. Plus que jamais, les Three Lions baignent dans la jeunesse, avec cinq joueurs qui prennent particulièrement la lumière.

Phil Foden, le joyau

Façonné par Pep Guardiola depuis sa fin d’adolescence, il est devenu le porte-étendard de la nouvelle génération de l'Angleterre, au point de débuter l’Euro dans la peau d’un titulaire, dimanche dernier face à la Croatie. Chevelure teintée façon Paul Gascoigne, Phil Foden, 21 ans, assume la pression et même les comparaisons avec son illustre aîné. "Ce ne serait pas si mal si j’apportais un peu de Gazza sur le terrain", a-t-il indiqué avant le début de la compétition.

Devenu titulaire très régulier à Manchester City, dans un secteur offensif pléthorique où le seul indiscutable s’appelle Kevin De Bruyne, le gamin de Stockport a montré à ses dirigeants qu’ils pouvaient aussi se construire une équipe sans signer de gros chèques. "Il est le joueur le plus talentueux que j’ai vu en tant que footballeur ou entraîneur", avait confié Guardiola il y a deux ans. C’était avant l’éclosion de Foden, qui a depuis justifié une partie au moins des louages de son coach.

Jude Bellingham, le benjamin

Pour emmener Jude Bellingham à l’Euro, Gareth Southgate a dû prendre ses précautions et demander la permission au père du joueur. Encore mineur, le milieu de terrain de Dortmund est de loin le plus jeune pensionnaire de la sélection anglaise. Il est pourtant déjà entré en jeu lors du premier match de la compétition, contre la Croatie, prouvant qu’il n’est pas seulement là grâce à la possibilité de convoquer un groupe élargi, ce que pourrait laisser penser le numéro 26 qu’il porte dans le dos.

Transféré de Birmingham à Dortmund pour presque 25 millions d’euros à seulement 16 ans, le jeune britannique est devenu, à 17 ans, un titulaire indiscutable dans un effectif qui joue la Ligue des champions. Jusqu’à marquer en quart de finale de C1 face au Manchester City de Phil Foden, buteur lui aussi. "Il est toujours là où vous avez besoin", dit de lui son entraîneur à Dortmund, Edin Terzic. Southgate ne pouvait donc décemment pas se passer de ce gamin, qui fêtera ses 18 ans le 29 juin prochain, en plein Euro.

Bukayo Saka, le courageux

Se voir donner les clés du jeu dans un club de haut standing mais en perdition, le tout à seulement 19 ans, ressemble rarement à un cadeau. Bukayo Saka, lui, s’en accommode. Quand Arsenal a la tête sous l’eau, il est toujours celui qui surnage. Elu meilleur joueur de la saison chez les Gunners, il veut désormais faire son trou avec l’Angleterre. D’abord sélectionné grâce à sa polyvalence (il peut jouer arrière gauche, ailier gauche, ailier droit ou milieu offensif), il a finalement gratté un strapontin pour l’Euro.

En préparation, face à l’Autriche, il a ouvert son compteur en sélection et inscrit son premier but. Depuis, il balade son sourire partout en espérant un peu de temps de jeu lors des prochains matchs. Gareth Southgate aime ses qualités de percussion et sa facilité dans les petits espaces. "Il a une capacité incroyable à recevoir le ballon au milieu d’autres joueurs, dit-il. Il est comme une anguille glissante qui s’extirpe des duels." Le gamin de Ealing, dans la banlieue londoninenne, est prêt à faire de Wembley son nouveau jardin.

Jadon Sancho, le contesté

En comparaison à Foden, Saka ou Bellingham, qui ont découvert l’équipe nationale en 2020, Jadon Sancho fait figure d’ancien. Même si comme Foden, le garçon est né en 2000, il a connu sa première cape à l’automne 2018 face à la Croatie – un jour où Mason Mount, lui aussi sur la feuille de match pour la première fois, était resté sur le banc. En même temps qu’il devenait indiscutable à Dortmund, où il s’est exilé à 17 ans en quittant Manchester City, Sancho l’est devenu en sélection.

A 21 ans, le Londonien compte déjà 19 sélections et des statistiques impressionnantes en club. Il a pourtant été laissé en tribunes pour le premier match de l’Euro, ce que Gareth Southgate a expliqué par des raisons tactiques. Dans cette équipe des Three Lions pléthorique, il n’y a surtout pas le droit à l’erreur. Sancho, blessé lors du rassemblement de mars et plus décisif depuis sept mois avec sa sélection, est dans un léger creux. Mais un creux qui l’a emmené à l’Euro, où il aura forcément sa chance.

Mason Mount, l’incontournable

Depuis plusieurs mois, c’est une pluie de louanges qui s’abat sur Mason Mount. Quand Thomas Tuchel complimente son joueur, Gareth Southgate répond avec d’autres superlatifs au rassemblement suivant. Et ainsi de suite. Homme de base des Blues, avec qui il a connu un deuxième partie saison de haute volée marquée par la victoire en Ligue des champions, Mason Mount est aussi le meneur de jeu n°1 de la sélection anglaise. Foden, Sancho et Grealish sont contraints d'évoluer sur les côtés.

Titulaire contre la Croatie, Mount ne devrait pas sortir du onze de départ des Three Lions. A 22 ans, il est celui qui fait le lien entre les lignes, capable de redescendre sur le terrain pour être au départ des actions, mais aussi de conclure voire de jouer faux n°9 quand Tuchel a besoin. Dans quelques années, il pourrait être l’élément central autour duquel gravitent à la fois Foden, Sancho, Saka et Bellingham. Rien que ça.

dossier :

Euro 2021

Robin Wattraint Journaliste RMC Sport