RMC Sport

Deschamps : "Aujourd’hui, la liste est claire mais le 12 mai…"

Didier Deschamps

Didier Deschamps - AFP

Invité exceptionnel de Luis Attaque, ce mercredi à 100 jours du début de l’Euro, le sélectionneur français Didier Deschamps a reconnu qu’il avait déjà une idée assez précise des joueurs qu’il retiendra pour la compétition. Tout en rappelant qu’elle pourrait évoluer avant le 12 mai, date à laquelle il l’officialisera, entre les blessures, d’éventuelles surprises et l’affaire Benzema.

Un début de préparation tronqué selon les parcours européens

« A 100 jours du début de l’Euro, je suis confiant. C’est une date symbolique. On a deux rendez-vous en mars face aux Pays-Bas (le 25 à Amsterdam, ndlr) et la Russie (le 29 au Stade de France) avant de basculer sur la préparation et la liste définitive le 12 mai. J’ai passé pas mal de temps avec mon staff pour planifier la préparation et cette période pré-compétition qui est importante même si on a toujours de interrogations sur les joueurs disponibles dès le premier jour ou non. Les grands championnats s’arrêtent le 14 mais la plupart des coupes nationales se jouent le 21 ou le 22. Il y a aussi la finale de la Ligue Europa et celle de la Ligue des champions qui se jouera le 28 mai. Les joueurs arriveront certainement en décalé. »

Une liste « claire » aujourd’hui… qui peut évoluer

« C’est un jeu de parler des sûrs, des probables, des improbables. Je ne sais pas ce qu’il peut se passer. Si j’avais une liste à faire aujourd’hui, je la ferais. Elle serait bien claire mais ce ne sera peut-être pas la même le 12 mai. Vous connaissez la plupart des joueurs. Une surprise ? Si quelqu’un n’est encore jamais venu et peut apporter quelque chose en plus à l’équipe de France, ou si un joueur qui est déjà venu ne répond pas à mes attentes, ça peut modifier la donne. Pour qu’il y en ait qui arrivent, il faut qu’il y en ait un qui sortent. »

Un poste d’arrière droit en souffrance

« Je ne suis pas inquiet. Vous connaissez les joueurs qui sont déjà venus : Bacary Sagna, Mathieu Debuchy et Christophe Jallet. Debuchy était en difficulté à Arsenal et est venu à Bordeaux pour retrouver du temps de jeu même s’il est actuellement blessé. C’est un poste où il y a des joueurs dont certains qui ne sont pas venus. Mais il faut pouvoir évoluer au niveau international où les exigences sont bien plus élevées. Sur chaque poste, il y a cinq joueurs dans les pré-sélections. »

La polyvalence, un atout

« Doubler chaque poste ? On part sur ce principe même s’il y a toujours la possibilité de prendre un offensif en plus ou un milieu en moins. Je peux équilibrer mais tout dépend de la polyvalence des joueurs aussi. Entre chaque ligne, tu peux faire basculer un vers le bas ou vers le haut. »

Des novices lors des matches amicaux ?

« Une surprise dans la liste pour l’Euro ? Tout dépend de la configuration. Si tout le monde est disponible, ce sera à moi d’évaluer si un joueur qui est déjà venu offre plus de garanties qu’un autre qui n’est jamais venu. On fait en sorte d’observer beaucoup de joueurs. Certains sont mis en avant médiatiquement par leurs performances et ne sont jamais venus. Je suis attentif à tout ça. On est dans la dernière ligne droite. Je n’exclus pas que des joueurs qui ne sont pas venus avant viennent pour les deux matches amicaux de mars. Même si ce ne sera pas forcément le cas. J’ai du choix sur de la qualité. Je ne vais pas me plaindre. »

Une liste avec des réservistes comme en 2014

« Je m’oriente sur une liste où les joueurs sauront la place qu’ils devront avoir. L’Euro, c’est moins strict que pour la Coupe du monde puisque la liste des 23 est à communiquer pour le lundi 30 mai. Avant, je peux faire un peu ce que je veux. Si je dois faire une liste de réservistes, je la communiquerai. Je préfère que les choses soient claires et que chaque joueur sache ce qui l’attend. La liste du 12 sera déjà claire. »

Avec Benzema et sans Valbuena à l’Euro ?

« Quelle question ! Aujourd’hui ce n’est pas le cas parce qu’il y en a un qui n’est pas sélectionnable et c’est Benzema. Ne me posez pas une question sur une situation qui est aujourd’hui impossible. Avec des "si" je ne fais pas une sélection. Je ne me pose pas la question puisqu’aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Je ne sais pas si ce sera le cas demain, après-demain ou le 12 mai. Aujourd’hui, Karim n’est pas sélectionnable, Matthieu l’est et l’a toujours été. »