RMC Sport

Euro 2016, France-Allemagne : Un Antoine Griezmann étincelant, un Hugo Lloris décisif et le clapping du Vélodrome : ce qu’il faut retenir du match

-

- - AFP

Emmenée par un Antoine Griezmann exceptionnel, l’équipe de France s’est qualifiée pour la finale de l’Euro en battant l’Allemagne (2-0) ce jeudi soir au stade Vélodrome. Hugo Lloris et le public ont également participé à ce succès.

Le top : Antoine Griezmann a assumé son rôle de leader

45è minute de la partie au stade Vélodrome. Antoine Griezmann prend ses responsabilités. Nicola Rizzoli vient de désigner le point de penalty. Seul joueur français à la hauteur de l’enjeu en première mi-temps ce jeudi soir, Antoine Griezmann transforme face à Manuel Neuer. Loin de ses fantômes de San Siro et de son penalty manqué en finale de Ligue des champions (perdue aux tirs au but). Le symbole d’un joueur en confiance. Et qui assume. Ce jeudi au Vélodrome, Antoine Griezmann a joué juste, gagné tous ses duels de la tête, crocheté quand il fallait. Et marqué, à deux reprises. En doublant la mise en seconde période (72è), il se détache en tête du classement des buteurs du tournoi (6 buts).

>> A lire aussi : Euro 2016, Allemagne-France en vidéo : Pogba enrhume Mustafi, Griezmann s'offre un doublé

>> A lire aussi : Euro 2016 : un record pour Griezmann depuis Platini

Le flop : Le couloir gauche des Bleus peu à son aise

En première mi-temps, la France a résisté et essuyé les nombreux centres de la Mannschaft pendant près d’une demi-heure. Tous, ou presque, venaient du côté gauche de la défense française. Dimitri Payet, d’ailleurs remplacé par Ngolo Kanté en seconde période, s’est montré un peu laxiste sur le travail de repli et peu en vue sur les contres français. Derrière lui, Patrice Evra, peut-être trop esseulé, a laissé beaucoup d’espaces aux Allemands pour centrer. Après le second but français, le côté gauche de la France n’a plus vraiment été mis en danger.

>> A lire aussi : Euro 2016, Allemagne-France en vidéo : le penlaty de Griezmann après la main de Schweinsteiger

Le fait de match : Hugo Lloris maintient la France dans la rencontre

Après une très bonne entame de match tricolore, les Bleus ont subi durant la majeure partie de la première mi-temps. Dangereux par des centres venus du côté gauche de la défense française, les Allemands auraient pu ouvrir le score. A la 14e minute, Emre Can déclenche une frappe à l’entrée de la surface. Elle rebondit deux fois devant le but et se dirige en bas à droite de la cage. Hugo Lloris se détend et repousse ce ballon compliqué. Il sauve la France sur cette action. On connaît la suite.

>> A lire aussi : Euro 2016, Allemagne-France : Lineker réclame Kanté et se moque de Giroud

L’ambiance : l’hommage à l’Islande

Les Islandais ont finalement atteint les demi-finales. Dès l’avant-match, le public du Vélodrome a repris le désormais célèbre clapping tout droit venu de Reykjavik. Les supporters l'ont repris en deuxième mi-temps. Et, après le deuxième d’Antoine Griezmann, la Marseillaise et les « Allez les Bleus » ont résonné au Vélodrome ce jeudi soir. Les fans ont suivi la fin du match dans l'euphorie générale, qui a accompagné les joueurs jusqu'au bout de la soirée.

L’info pour briller en soirée : 34 ans après

En ouvrant le score ce jeudi soir contre l’Allemagne, Antoine Griezmann a brisé une vieille malédiction. L’équipe de France n’avait plus trouvé les filets allemands lors d’un tournoi majeur depuis une certaine soirée sévillane. La rencontre remonte au 8 juillet 1982 et cette terrible défaite en demi-finale du Mondial espagnol (3-3, 5-4 aux t.a.b.). En mettant un doublé et en permettant ainsi à l’équipe de France de l’emporter, Antoine Griezmann a même triplement brisé la malédiction ce jeudi soir.

>> A lire aussi : Euro 2016, Allemagne-France : Lloris décisif, Griezmann buteur... la première période résumée en quatre points

Le tweet : Pas de cadeau pour Joachim Löw

la rédaction