RMC Sport

Euro 2016 : Pourquoi Griezmann suce son pouce

-

- - -

Actuel meilleur buteur de l’Euro 2016 avec quatre réalisations, l’attaquant tricolore Antoine Griezmann a brillé par ses célébrations originales après ses buts, comme sucer son pouce. Explications.

Souvenez-vous, le 15 juin dernier. L’équipe de France piétine face au mur albanais. Le scénario d’un mauvais 0-0 semble écrit. Jusqu’à cette superbe tête du sauveur Antoine Griezmann pour l’ouverture du score à la… 90e. Pour célébrer ce but de la délivrance, l’attaquant de l’Atlético de Madrid fixe les tribunes et suce son pouce. Pourquoi ?

A lire ici >> pourquoi Griezmann est le chouchou des Français (et pas seulement des fans de foot) 

A sa manière, Griezmann a réinventé la célèbre danse du berceau de Bebeto, entrée dans l’histoire après un but du Brésilien en quart de finale de la Coupe du monde 1994 face aux Pays-Bas. Griezmann est en effet l’heureux papa d’une petite Mia née le 8 avril dernier, fruit de son union avec sa compagne, la discrète Erika Choperena.

A lire ici >> ce que vous cherchez sur Google à propos de Griezmann

A lire ici >> Giroud-Griezmann, le duo dont on ne peut plus se passer

La célébration du téléphone, clin d’oeil à Drake

Face à l’Irlande en huitièmes de finale, l’attaquant a de nouveau joué les sauveurs en s’offrant un doublé synonyme de victoire (2-1). Son deuxième but, Griezmann l’a célébré en agitant les pouces devant son visage. Le signe d’un coup de téléphone à un ami ? Non, un clin d’œil à la danse du clip 'Hotline Bling' du rappeur US Drake.

A voir ici >> les meilleurs détournements de la glissade de Griezmann

« Je le fais à l'Atlético. Je devais le faire contre l'Albanie mais l'émotion était trop forte, a expliqué Griezmann. Comme sur le premier but contre l’Irlande. Mais sur le deuxième, j'y ai pensé. » On se souviendra également de Dimitri Payet venant embrasser ses chaussures face à l’Irlande, ou encore cette glissade avec son piqué contre l’Islande en quart de finale. S’il invente une nouvelle célébration face à l’Allemagne jeudi, ça sera bon signe.

la rédaction