RMC Sport

Euro 2016 (préparation) : la Roumanie infranchissable face à l’Espagne

Gerard Piqué à la lutte avec Ovidiu Hoban

Gerard Piqué à la lutte avec Ovidiu Hoban - AFP

La Roumanie et l’Espagne se sont séparées sur un score de parité (0-0), ce dimanche au cours d’un match de préparation à l’Euro 2016 où les Roumains ont encore affiché une grosse solidité et quelques promesses par l’intermédiaire de son jeune milieu de terrain Nicolae Stanciu.

LES TOPS

Stanciu confirme

Buteur et homme du match mercredi lors de sa première sélection face à la Lituanie (1-0), Nicolae Stanciu a confirmé toutes les promesses placées en lui face à l'Espagne. Le jeune milieu roumain a été le plus dangereux de son équipe avec deux frappes dangereuses, dont un enchainement magnifique repoussés par Casillas (28e, 32e). Malgré la pression de porter le n°10 dans le pays de Gheorghe Hagi, il a aussi régalé par sa justesse technique et sa belle vision du jeu. Le joueur de 22 ans du Steaua Bucarest affiche de belles promesses. Et ne manque pas de culot comme en atteste sa tentative de lob manquée de 40 mètres (77e).

Iker Casillas

On peut être sur la sellette dans son club (le FC Porto), mis sous une forte concurrence en sélection et toujours répondre présent. Iker Casillas l’a prouvé ce dimanche en réalisant plusieurs arrêts décisifs alors que David De Gea lui avait été préféré pour affronter l’Italie (1-1), jeudi. Une belle manière de fêter un nouveau record : celui du plus grand nombre de sélections (166) en Europe à égalité avec le Letton Vitālijs Astafjevs, selon l’UEFA.

La Roumanie, c’est solide

Meilleure défense des qualifications pour l’Euro (deux buts encaissés), la Roumanie a encore prouvé sa solidité en ne concédant pas de but, ce soir face à l’Espagne. Si elle a été davantage mise à contribution en fin de match, l’arrière-garde roumaine n’a pas concédé de grosses occasions et rappelle aux Bleus, premiers adversaires des Roumains à l’Euro, qu’il faudra faire preuve de patience et de créativité pour trouver la faille.

LES FLOPS

L’Espagne manque de réserve…

En l’absence de nombreux cadres (Busquets, Iniesta, Ramos, Costa, Carvajal…), Vicente Del Bosque n’a pas vraiment pu tirer d’enseignements positifs après avoir effectué huit changements dans le onze de départ par rapport à celui qui avait débuté face à l’Italie. Pour sa première, Sergi Roberto s’est montré discret alors que Paco Alcacer n’a pas eu l’occasion de se mettre en évidence en attaque.

… et de rythme

Les nombreux changements effectués par Vicente Del Bosque ont entrainé une perte de repères au sein du collectif espagnol, qui n’a jamais trouvé le bon rythme dans la rencontre. Les expérimentations sont à ce prix et le triptyque Koke-Roberto-Silva a peiné à peser sur la rencontre. Le sélectionneur espagnol peut tout de même se rassurer puisque ses leaders techniques Fabregas ou Mata ont apporté plus de sécurité après leur entrée en jeu en fin de match. Mais cette partition neutre ne permet pas à Del Bosque de tirer de grands enseignements.

dossier :

Euro 2016