RMC Sport

Affaire Hamraoui-Diallo: Le Graët fait part de son inquiétude

Joint par L'Equipe pour réagir à l'agression de la joueuse du PSG et de l'équipe de France, Kheira Hamraoui, dans laquelle sa coéquipière Aminata Diallo pourrait être impliquée, le président de la FFF, Noël Le Graët, s'est dit "atterré si ce qui est évoqué est vrai".

Pour l'image du football féminin en France et à l'international, mieux vaudrait que les enquêteurs soient partis sur une fausse piste. Mais à l'heure actuelle, c'est bien celle qu'ils étudient. Alors que la joueuse du PSG et des Bleues, Kheira Hamraoui, a été victime d'une violente agression jeudi dernier, en rentrant d'un événement organisé par le club de la capitale, la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire de Versailles a arrêté ce mercredi sa coéquipière Aminata Diallo, elle aussi internationale.

Placée en garde à vue, et présumée innocente, Diallo est soupçonnée d'avoir orchestré l'agression de sa collègue, avec qui elle est en concurrence au Paris Saint-Germain, et par extension en équipe de France. Ce que Noël le Graët, président de la FFF, a du mal à imaginer.

"Ce qui est suspecté est invraisemblable"

Contacté par L'Equipe, le patron du foot français s'est voulu prudent, mais logiquement inquiet. "Je n'en sais pas plus que vous pour l'instant, explique-t-il. Mais ce qui est suspecté est invraisemblable. Je connais les deux joueuses. Je suis atterré si ce qui est évoqué est vrai. Cela paraît inimaginable. Je reste très étonné et dans l'attente des résultats de l'enquête."

Blessée - à coups de barre de fer - au niveau des mains et des jambes, Kheira Hamraoui a dû déclarer forfait mardi soir pour le choc de Ligue des champions féminine entre le PSG et le Real Madrid (4-0) au Parc des Princes. En son absence, Aminata Diallo a elle été titularisée par Didier Ollé-Nicolle.

C.C.