RMC Sport

Fifa : l’heure du verdict pour Platini et Blatter

Sepp Blatter et Michel Platini

Sepp Blatter et Michel Platini - AFP

Suspendus à titre conservatoire jusqu’au 5 janvier, Michel Platini et Sepp Blatter vont recevoir ce lundi aux alentours de 10 heures le verdict sur le fond de la chambre de jugement de la commission d’éthique de la Fifa. Les deux hommes risquent une longue suspension, qui empêcherait le Français de briguer la présidence de l'instance du football mondial.

Nouvel épisode dans l’interminable saga « Michel Platini-Sepp Blatter ». Comme prévu, la chambre de jugement de la commission d’éthique de la Fifa va rendre ce lundi, aux alentours de 10 heures, son verdict sur l’avenir du Français et du Suisse. Au cœur d’une procédure disciplinaire de la justice interne de la Fifa en raison du versement contesté de 1,8 million d’euros par Blatter à Platini en 2011, pour un travail de conseiller achevé en 2002, les anciens partenaires devenus ennemis étaient suspendus à titre conservatoire jusqu’au 5 janvier en attendant le jugement pour le fond. Qui va donc tomber ce lundi.

En jeu ? Des possibles radiations de toute activité liée au football pour plusieurs années. Voire à vie. Ce dernier risque pourrait pourtant être écarté selon les dernières déclarations de Blatter. Dans une interview au journal suisse Blick, le président suspendu de la Fifa a expliqué que le juge qui l’avait auditionné ce jeudi, l’Allemand Hans-Joachim Eckert, lui aurait dit : « Nous ne retenons pas l’accusation de corruption ». Et si Sepp Blatter n’est pas un corrupteur, alors Michel Platini ne peut de fait pas être corrompu. Cette information n’aurait toutefois pas été donnée à Me Thibaut d’Alès, avocat de Platini qui a défendu les intérêts de ce dernier devant le juge pendant neuf heures ce vendredi.

Calendrier trop serré pour Platini ?

Si les accusations de corruption étaient bien abandonnées, les deux hommes risqueraient tout de même plusieurs années de suspension pour conflit d’intérêt et pour avoir publiquement critiqué le travail de la commission d’éthique de la Fifa. Cela ne changerait plus grand-chose pour Blatter, 79 ans et président démissionnaire en fin de parcours à la tête de l’instance du football mondial, dont un nouveau patron doit être élu le 26 février. Mais cela changerait tout pour Platini, à peine 60 ans au compteur, qui ne serait plus président de l’UEFA et ne pourrait briguer le trône de la Fifa. S’il est condamné, l’ancien numéro 10 des Bleus verra en effet le temps jouer contre lui.

Avant de saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS), il devra passer par un appel devant la chambre de recours de la Fifa. Cette dernière pourrait lui permettre de se retrouver directement devant le TAS en donnant son accord, mais rien ne semble aller dans ce sens. Avec une date-butoir de l’enregistrement des candidatures fixée un mois avant l’élection, soit le 26 janvier, le calendrier paraît trop serré pour permettre à Platini de pouvoir se présenter. Blatter, lui, a prévu de donner une conférence de presse à Zurich (Suisse) juste après le verdict, ce lundi à 11 heures. Dans un lieu tout sauf choisi au hasard : le restaurant Sonnenberg, ancien QG de la Fifa. Sacré Sepp, va.

A lire sur le même sujet :

>> Fifa : Blatter et Platini plus accusés de corruption ?

>> Fifa : Pourquoi Platini y croit

>> Fifa : Platini sauvé par une note de 1998 ?

la rédaction avec A.A.