RMC Sport

Futsal: Torcy attend des sanctions après avoir reçu des insultes racistes

Victimes "d’insultes racistes", de "jets de projectiles" et de "crachats", les joueurs de Torcy Futsal ont décidé de quitter le terrain du match de deuxième division de futsal qui les opposait au FC Chavanoz dimanche. Le club isérois dément tout propos raciste dans son gymnase.

"Le climat de tension avait déjà commencé avant le match", assure un joueur de Torcy Futsal qui préfère rester anonyme. Pendant la promenade d’avant-match, "un groupe de pseudo-supporters a interpellé deux de nos joueurs en leur demandant ce qu’ils faisaient dans une équipe avec autant de Noirs", poursuit-il.

Une pression dès le coup d'envoi

Ce dimanche 31 octobre, les Franciliens se déplaçaient en Isère pour affronter le FC Chavanoz au Palais des Sports de Bourgoin-Jallieu, pour un match de deuxième division de futsal. En toute fin de rencontre, l’équipe de Torcy décide de quitter le terrain après des "insultes racistes tout au long de la rencontre", telles que "sales Noirs" et "sales Karlouches", confirme l’entraîneur adjoint Hatem Mahbouli à RMC Sport.

Dès le coup d’envoi, les visiteurs ressentent la pression des supporters locaux, accentuée par le scénario du match (Chavanoz menait 4-3 au moment de l'interruption du match) et deux cartons rouges pour les Franciliens. Jusqu’à la bascule. "Des petites insultes et des petits projectiles on est passés aux insultes à caractère racial, dénonce Hatem Mahbouli. Et les petits projectiles se sont transformés en jets de bouteilles et en crachats." L’équipe de Torcy Futsal estime que les conditions de sécurité ne sont pas réunies et refuse de poursuivre le match, contrairement à l’arbitre, lui, favorable à la reprise du jeu.

"Ce qu’on lui reproche, c’est de ne pas avoir arrêté le match plus tôt. De ne pas avoir fait en sorte que le référent sécurité soit informé. Avant l’arrivée de ces gens, il y avait une bonne ambiance", détaille Hatem Mahbouli. Parmis ces dizaines d’individus mis en cause par Torcy Futsal, certains arborent des drapeaux noir et jaune, les couleurs du FC Chavanoz.

Loin de vouloir mettre en cause le FC Chavanoz, Hatem Mahbouli remercie même le club isérois pour son accueil et le joueur interrogé salue "l’attitude respectable des joueurs, entraîneurs et dirigeants adverses pour avoir compris notre détresse".

"Personne n’a entendu de propos racistes"

Pourtant, le président du FC Chavanoz, Moussa Meniri, avance une autre version des faits. "Après investigation auprès de notre staff, personne n’a entendu de propos racistes. Lorsqu’on a discuté avec des officiels à la fin de la rencontre, à aucun moment non plus des faits n’ont été rapportés dans ce sens-là."

Le Torcy Futsal attend lui "des sanctions" contre ces individus. Selon nos informations, le dossier a été mis en instruction par la commission fédérale de la Fédération française de football.

Kévin Gasser