RMC Sport

Les quatre raisons pour lesquelles la Belgique a choisi Thierry Henry

-

- - -

La nouvelle est tombée ce vendredi matin à Bruxelles. Pour ses débuts officiels d’entraineur, Thierry Henry intègre le staff de la sélection belge en tant qu’adjoint de l’Espagnol Roberto Martinez. Une surprise pour nombre d’observateurs, mais un choix pas si étonnant de la part des Diables Rouges. Explications.

Expert de la Premier League

Reconnu pour ses connaissances encyclopédiques en matière de football, Thierry Henry est un expert de la Premier League, dont la chaîne Skysports paie d’ailleurs (très) cher les commentaires. Il voit donc évoluer chaque week-end la quasi-intégralité du 11 belge. Courtois, Mignolet, Vertonghen, Alderweireld, Hazard, Fellaini, De Bruyne, Lukaku, Batshuayi… Tous évoluent outre-manche. « Il va nous apporter son expérience et son œil sur la Premier League où beaucoup de nos joueurs évoluent », a ainsi expliqué le sélectionneur Roberto Martinez.

A lire ici >> Thierry Henry nommé adjoint du nouveau sélectionneur, Roberto Martinez !

Une mentalité de gagneur

Numéro 2 au classement Fifa, la Belgique a vécu une grosse désillusion lors de l’Euro 2016, éliminée en quart de finale par le pays de Galles (3-1). Une défaillance quasi-inconcevable au vu des individualités qui composent la sélection. Le constat du nouveau staff est le suivant, pas assez tueuse, la Belgique peine à imposer une force collective. « Thierry est quelqu'un qui sait comment développer une mentalité collective, comment travailler en groupe pour gagner, explique Roberto Martinez. Il a été champion du monde en 1998. Thierry Henry est déjà passé par le moment où il faut changer les mentalités afin de gagner quelque chose. »

A voir >> les 10 entraineurs les mieux pays de Premier League

A lire ici >> Robson-Kanu, la défense belge, Fellaini… ce qu’il faut retenir de Galles-Belgique

L’idole des jeunes

Roberto Martinez l’a précisé en conférence de presse, Thierry Henry aura plus particulièrement en charge l’animation offensive de l’équipe, au sein d’un staff complété par le Britannique Graeme Jones, second officiel de l’Espagnol. Tirer le meilleur des Hazard, Lukaku, De Bryune, Carrasco, telle est la mission dévolue à l’ancien buteur des Bleus. Avant de prendre le job, Henry a rencontré certains joueurs belges. D’après la presse anglaise, les retours seraient excellents, particulièrement auprès des attaquants. Henry, 39 ans, est considéré comme une idole par certains. Aujourd’hui à Crystal Palace, Christian Benteke a grandi avec des posters du joueur d’Arsenal dans sa chambre. Un sacré bonus au moment de faire passer un message. Le précédent Zidane au Real Madrid en atteste.

A lire ici >> Henry confirme que Wenger ne voulait pas de lui sur le banc des U18 d'Arsenal

Vision commune avec Martinez

Ce dernier point relève de l’évidence. Mais il se nourrit de plusieurs éléments précis, à commencer par leur formation au métier d’entraineur. Les deux hommes sont ainsi passés par l’école galloise pour apprendre le job de technicien. Comme Garry Monk (Leeds) ou encore Tim Sherwood (Aston Villa), ils ont suivi le programme de formation de la fédération du pays de Galles au Dragon Park, le Clairefontaine gallois. Ils en ont tirés des principes de jeu et des méthodes communes. Comme celle-ci, plutôt originale : Roberto Martinez et Thierry Henry sont des fervents partisans de l’utilisation de drones pour filmer les séances d’entrainement. Compatible sur le papier, on attend la mise en œuvre sur le terrain. Premier élément de réponse le 1er septembre en amical face à l’Espagne.

dossier :

Thierry Henry

la rédaction