RMC Sport

Les salariés de la FFF ont reçu un "email curieux" après les révélations sur la Fédération

Info RMC Sport - En pleine tourmente médiatique depuis quelques jours, les salariés de la FFF, à Clairefontaine et au siège principal de Grenelle, ont reçu un email avec en copie Thomas Cayol, le responsable juridique, afin d'évoquer une "politique de conformité au sein de la FFF". Avec les dernières nouvelles et révélations autour de la Fédération, cet email est jugé "curieux" par certains employés.

Ce mail commence par le rappel de la "loi Sapin de 2016" qui "pose des principes visant à instaurer plus de transparence dans le processus d'élaboration des décisions publiques et dans la vie économique avec notamment des règles sur les représentants d'intérêts et sur la protection des lanceurs d'alertes." Un document entièrement consultable sur le site de la Fédération Française de Football. "L'envoi de ce courrier, alors que la procédure était connue, prend quand même une ampleur importante, une semaine après l'article de SoFoot", juge un employé du 87, Boulevard de Grenelle.

>> Scandale à la FFF: les infos en direct

"La volonté de cette Loi est de mieux agir contre la corruption et les atteintes à la probité. Compte tenu des recommandations de l'Agence Française Anticorruption et dans le prolongement des actions déjà menées par la FFF sur ce sujet, le Comité Exécutif de la FFF a validé, en juillet 2022 un code de conduite, propre à la FFF", poursuit l'email.

Avant d'ajouter : "Ce Code vise donc à aider l'ensemble les collaborateurs de la FFF à identifier des situations à risque et trouver les réponses adaptées, tant individuellement que collectivement". Il aborde les différents thèmes de la politique "éthique et conformité", "liés à la corruption, au trafic d'influence et autres manquements à la probité." Ce mail rappel le principe d'un lanceur d'alerte. "Le lanceur d'alerte est une personne physique qui signale ou divulgue, sans contrepartie financière directe et de bonne foi, des informations portant notamment sur le non-respect du code de conduite de la FFF, un crime, un délit, une menace ou un préjudice pour l'intérêt général."

En pièce jointe, un document sur les faits de "harcèlements ou d'agissement sexistes"

En pièce jointe de cet email, un élément qui prend une ampleur avec les récentes polémiques autour de la 3F, un document qui liste la procédure de signalement de faits de "harcèlements ou d'agissement sexistes". Dans ce document les auteurs rappellent les définitions légales du harcèlement moral, sexuel et sexiste. Puis une description des procédures de signalement et des procédures d'enquête autour de ces faits. Ce document a été signé le 17 mai 2022, lors du CSE, par la directrice générale de la FFF, Florence Hardouin.

En préambule de ce dossier, la Fédération Française de Football rappelle que dans le but "de garantir un climat serein, de favoriser le bien-être de ses salariés", la FFF fait de l'amélioration de la qualité de vie au travail "un axe majeur de sa politique de ressources humaines". Ce document répète qu'il a pour but de "favoriser la libération de la parole". Ce document est annexé depuis le 17 mai 2022 au règlement intérieur de la 3F.

Ce qui interpelle ce soir plusieurs employés de la Fédération, c'est le timing de cet email (envoyé ce mardi à l'ensemble des salariés de la FFF). "Très curieux" pour certains, "une réponse à la récente actualité" pour d'autres.

Dans l'After Foot ce mercredi, Daniel Riolo a évoqué les enquêtes autour de la FFF et de ses dysfonctionnements internes: "Depuis l’article de So Foot, certains (à la FFF) sont surpris (que ces affaires soient dans la presse). On savait ça depuis longtemps (toujours à la FFF), mais tant mieux si ça accélère les choses, estiment-ils. (…) On entend parler de Le Graët qui a finalement créé des 'monstres' à la Fédé. Hardouin serait le chef des 'monstres'. C’est un comex pieds et mains liés... (…) Les témoignages, qu’est-ce que ça dit ? Sexisme, harcèlement, ambiance délétère, terreur, humiliations, gabegie, baronnie de tous les salariés qui profitent des notes de frais, des voyages, des matchs… Quand tu bosses à la Fédé, tu existes socialement. (…) Des gens (à la FFF) sont au balcon, prêts à nous aider à faire des révélations."

Nicolas Pelletier