RMC Sport

Barça, Atlético, Real... Comment s’est passée la préparation des cadors de Liga?

Le championnat d’Espagne 2019-2020 reprend ses droits ce vendredi. Avec trois gros candidats pour le trône: le FC Barcelone, l’Atlético de Madrid et le Real Madrid. RMC Sport fait le point sur les tournées estivales des cadors de Liga. Entre spectacle et inquiétudes.

Le Barça a fait bonne impression

Les champions d’Espagne ont presque passé plus de temps dans les airs que sur le terrain lors de leur préparation. Comme la plupart des grands clubs, le Barça s’est offert une tournée internationale pour satisfaire ses fans du monde entier. Avec cinq matchs à la clé. Le road-trip a débuté le 23 juillet par Saimata, au centre du Japon, par une défaite face à Chelsea (2-1). Avec une attaque Griezmann-Dembélé, Umtiti en charnière et la réduction du score d’Ivan Rakitic dans le temps additionnel. Le seul revers des hommes d’Ernesto Valverde durant ce début d’été.

Griezmann et De Yong applaudis au Camp Nou

Quatre jours plus tard, les Catalans se sont facilement imposés dans l’antre du Vissel Kobe d’Andrés Iniesta (2-0), toujours au Japon. Avec Griezmann en pointe et un doublé du jeune attaquant Carles Perez, entré en seconde période. Les Blaugranas ont ensuite retrouvé leur QG pour battre Arsenal au Camp Nou, lors du Trophée Joan Gamper (2-1). Avec un but décisif de Luis Suarez dans les derniers instants et les premiers pas à domicile des nouvelles recrues.

Messi blessé dès son retour à l’entraînement

La pré-saison s’est ensuite poursuivie aux Etats-Unis, avec deux succès face à Naples en deux jours. Le premier en Floride, dans l’antre des Dolphins de Miami (NFL), grâce à Busquets et Rakitic (2-1). Le second près de Détroit, dans le stade des Wolverines de Michigan (NFL), avec les premiers buts de Dembélé et Griezmann. Le tout sans Lionel Messi, revenu plus tard de la Copa America et blessé au mollet (contracture) dès son premier entraînement la semaine dernière. La star argentine sera absente pour la reprise de la Liga, ce vendredi, sur le terrain de l’Athletic Bilbao (21h).

L’Atlético est passé à l’offensive

Après des années à s’appuyer sur une grosse défense, un esprit combatif et un jeu basé sur le contre, Diego Siemone a un peu ajusté sa copie à l’aube de cette nouvelle saison. Fort d’un effectif séduisant, le coach argentin a sorti des compositions offensives et prôné un football nettement plus spectaculaire lors de la préparation. Une petite révolution incarnée par Joao Felix. Le prodige portugais, recruté à Benfica pour 126 millions d’euros, a enchaîné les sorties convaincantes depuis son arrivée. Et fait naître un immense espoir chez les socios. Résultat: les Colchoneros ont réalisé un carton plein en ce début d’été. Six matchs, six victoires.

Les débuts fracassants de Joao Felix

Un récital lancé le 20 juillet face à Numancia dans le nord de l’Espagne (3-0). Avant une tournée américaine, débutée par un succès aux tirs aux buts face au Chivas de Guadalajara (Mexique) dans l’antre des Rangers de Dallas (0-0, 5 tab à 4). L’Atlético a ensuite frappé un grand coup en atomisant son voisin du Real Madrid dans le New Jersey. Un carton 7-3, marqué par le quadruplé de Diego Costa (expulsé à l’heure de jeu pour un accrochage avec Dani Carvajal) et le premier but de Joao Felix. Une vraie humiliation pour les Merengue, qui étaient menés 6-0 à la 51e…

Un succès de prestige contre la Juventus

Les troupes de Simeone, largement remaniées, ont ensuite dominé à Orlando une sélection de joueurs de MLS emmenée par Zlatan Ibrahimovic (Los Angeles Galaxy), Wayne Rooney (DC United) et Nani (Orlando City). 3-0. Avant de s’offrir une escale au Mexique pour battre l’Atlético San Luis, avec un but du jeune attaquant Sergio Camello (18 ans). Et de filer à Solna, en Suède, pour défier la Juventus Turin de Cristiano Ronaldo et Adrien Rabiot (2-1). L’occasion de signer un succès de prestige grâce à Thomas Lemar et Joao Felix, auteur d’une belle reprise de volée. De quoi faire le plein de confiance avant de débuter le championnat face à Getafe, dimanche au Wanda Metropolitano (22h).

Le Real Madrid ne s’est pas rassuré

Après une saison de galère, conclue à la troisième place du championnat (à 19 points du Barça), le Real Madrid envisage de retrouver les sommets. Mais pour l'instant, sa préparation n'a pas permis un redressement spectaculaire. En six matchs, les protégés de Zinedine Zidane n’ont gagné que deux fois dans le temps réglementaire et affiché des lacunes parfois inquiétantes. Le coach français a mis en place un nouveau schéma en 3-5-2, que ses joueurs vont devoir assimiler. L’été des Merengue a débuté le 21 juillet aux Etats-Unis, à Houston, par un revers face au Bayern Munich de Corentin Tolisso (3-1). Avec les baptêmes d’Eden Hazard, Ferland Mendy et Luka Jovic.

La grave blessure d’Asensio

La virée américaine s’est poursuivie trois jours plus tard avec une victoire aux tirs aux buts contre Arsenal, dans l’antre des Redskins de Washington (2-2, 3 tab à 2). Après avoir marqué durant cette rencontre, Marco Asensio s’est gravement blessé au genou gauche. Evacué sur civière, l’attaquant espagnol souffre d’une rupture du ligament croisé et sera éloigné des terrains durant sept à huit mois. Un gros coup dur pour le Real, qui s’est ensuite fait humilié par son rival de l’Atlético (7-3), avec une charnière Sergio Ramos-Nacho à la rue et un collectif en perdition. Encore sonnés par cette claque, les Madrilènes ont chuté dans la foulée contre Tottenham à l’Allianz Arena de Munich lors de l’Audi Cup (0-1). Sur un but d’Harry Kane.

Les premiers pas timides d’Hazard

Avant de relever la tête le lendemain en étrillant le Fenerbahçe de Nabil Dirar, toujours en Bavière, avec un triplé de Karim Benzema et un but de Mariano (5-2). Et d’enchaîner par un court succès sur la pelouse du Red Bull Salzburg, grâce au premier but d’Hazard, peu en vue depuis son transfert (0-1). Pas vraiment de quoi gommer les doutes, d’autant que la pré-saison s’est conclue par une ultime défaite aux tirs aux buts chez l’AS Rome, malgré des buts de Marcelo et Casemiro (2-2, 5 tab à 4). Autant dire que c’est avec une certaine appréhension que la Maison Blanche s’apprête à aborder son nouvel exercice, par un déplacement au Celta Vigo samedi après-midi (17h).

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur