RMC Sport

Barça: en soutien aux Ouïghours, Griezmann rompt son partenariat avec Huawei

L'attaquant français du Barça, Antoine Griezmann, a annoncé ce jeudi mettre un terme à son partenariat avec l'entreprise chinoise Huawei, soupçonnée d'avoir mis en place un système de reconnaissance faciale des Ouïghours, persécutés en Chine.

Après l'arrêt historique du match PSG-Basaksehir mardi soir en Ligue des champions, voilà une nouvelle prise de position forte de la part d'un acteur du monde du football. Un acteur bien connu: Antoine Griezmann. L'attaquant français du Barça a annoncé ce jeudi via un communiqué mettre un "terme immédiat" à son partenariat avec l'entreprise chinoise Huawei, en soutien à la communauté ouïghoure, persécutée en Chine.

"J'invite Huawei à ne pas se contenter de nier ces accusations mais à engager au plus vite des actions pour condamner cette répression"

"Suite aux forts soupçons selon lesquels l'entreprise Huawei aurait contribué au développement d'une 'alerte Ouïghour' grâce à un logiciel de reconnaissance faciale, j'annonce que je mets un terme immédiat à mon partenariat me liant à cette société", explique le champion du monde.

Et de poursuivre: "J'en profite pour inviter Huawei à ne pas se contenter de nier ces accusations mais à engager au plus vite des actions concrètes pour condamner cette répression de masse et user de son influence pour contribuer au respect des droits de l'homme et de la femme au sein de la société.

Huawei accusé d'avoir aidé le gouvernement chinois dans la répression des Ouïghours

Huawei, entreprise chinoise spécialisée dans les nouvelles technologies, se retrouve depuis quelques jours au coeur d'une nouvelle polémique pour sa proximité avec le gouvernement. D’après un rapport du collectif d’experts en vidéosurveillance IPVM, publié par le Washington Post, Huawei a en effet mis au point un système capable d’envoyer des "alertes ouïghours", basées sur un système de reconnaissance faciale, comme l'indique le footballeur. Le but étant de prévenir les autorités lorsqu’un membre de cette minorité musulmane est identifié par une caméra de vidéosurveillance.

Ces accusations ont jusque-là été rejetées par Huawei, qui assure ne pas développer "d’algorithmes ou d’applications dans le domaine de la reconnaissance faciale mais uniquement des technologies à usage général qui se fondent sur les normes internationales en matière d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle".

Ozil et Ba déjà impliqués dans cette cause

En décembre 2019, le milieu allemand d’origine turque Mesut Ozil avait déjà condamné le traitement des Ouïghours par les autorités chinoises dans la province du Xinjiang. Une prise de parole remarquée, qui avait conduit la chaine d’Etat CCTV à déprogrammer un match d’Arsenal (l’équipe d’Ozil), et le club londonien… à se désolidariser de son joueur, en expliquant être une "organisation apolitique".

Un manque de soutien déploré en août dernier par le Franco-Sénégalais Demba Ba. "Arsenal a parlé de Black Lives Matter, mais quand il s'agissait de vies ouïghoures, Arsenal ne voulait pas en parler à cause de la pression et de l'impact économique, rappelait-il. Lorsqu'il y a des avantages financiers, certaines personnes ferment les yeux. L'argent a plus de valeur que les valeurs réelles." En appelant ses confrères footballeurs à s’engager: "En tant que sportifs, nous avons un pouvoir que nous ne connaissons même pas. Si nous nous réunissons et parlons, les choses changent. Si nous nous levons, les gens nous soutiennent."

Clément Chaillou