RMC Sport

Barça: le président salue l'attitude de Messi dans l'urgente négociation salariale

Le président par intérim du Barça Carles Tusquets a réaffirmé que la renégociation salariale était la principale mesure trouvée pour atténuer une crise économique "hautement préoccupante". Ce que les joueurs ont bien compris visiblement, Lionel Messi le premier.

Si la situation sportive du Barça, qui compte neuf points de retard sur le Real Madrid (avec deux matchs en moins cependant), après seulement huit journées, est inquiétante, sa situation économique, elle, est "hautement préoccupante", selon Carles Tusquets, président de la commission de gestion transitoire. "Nous voulons continuer à réduire les dépenses à court terme et la mesure la plus importante est la renégociation salariale, a-t-il dit ce lundi. Nous espérons parvenir à un accord avec les joueurs et le personnel non-sportif du club."

Cet accord doit intervenir avant le 5 novembre, soit jeudi prochain. Le temps est donc compté, mais les négociations sont en bonne voie. "L’idée est de reporter les paiements et de parvenir à un accord favorable à toutes les parties, a précisé Carles Tusquets. Il y a une très bonne prédisposition de la part de tous, également de Leo Messi et de ses représentants." "Nous vivons une période exceptionnelle qui nécessite des décisions exceptionnelles de la part de toutes les parties concernées", a-t-il ajouté.

>>> Barça: le jour où Setién, excédé, a dit à Messi de partir s'il n'était pas content

Des élections espérées à Noël

Après évaluation, la commission de gestion prévoit que "pour équilibrer le budget, des efforts de 300 millions d’euros devraient être consentis pour réduire les dépenses". Cette même commission estime qu’il est "possible de mettre en oeuvre des mesures pour atténuer les conséquences de la pandémie". 200 millions d’euros, c’est le manque à gagner estimé depuis le premier confinement, sans compter que le club est surendetté: comme l’a dit Carles Tusquets, la situation du club catalan est "très complexe".

"Nous devons agir sur deux terrains: baisser les dépenses et chercher des revenus qui n'existent pas", a-t-il poursuivi. Un bon résumé de la situation. Dans ce contexte, le club doit aussi préparer l’avenir, et organiser les élections présidentielles après la démission de Josep Maria Bartomeu. "Nous les convoquerons vers les prochaines fêtes de fin d'année, c'est notre idée", a avancé Tusquets. Le président par intérim a ajouté que l'intention du club est d'organiser ces élections dans un délai maximum de trois mois, conformément aux statuts du club blaugrana.

QM