RMC Sport

Barça: Luis Enrique compare Messi à Matrix (et s'explique sur leurs tensions)

Dans un entretien accordé à Radio Catalunya, l'ancien entraîneur du Barça (2014-2017) Luis Enrique est revenu sur ses rapports avec Lionel Messi, qui ont parfois pu être conflictuels. Sans rancune.

Il l’a eu sous ses ordres durant trois saisons. Trois saisons durant lesquelles ils ont remporté ensemble la Liga à deux reprises, trois Coupes d’Espagne, une Ligue des champions, une Supercoupe d’Europe ou encore un Mondial des clubs. Aujourd’hui sélectionneur de la Roja, Luis Enrique a pu observer de près le talent de Lionel Messi lors de son passage sur le banc du Barça entre 2014 et 2017. Si ses rapports avec l’Argentin ont parfois viré au "je t’aime moi non plus", l’ancien coach de la Roma et du Celta Vigo s’est montré très élogieux envers lui, dans un entretien accordé à Radio Catalunya. "Il n’y a personne comme lui. C’est une force de la nature", assure Luis Enrique.

"Nous parlons d’un génie, c'est comme dans Matrix, comme lorsque l’image ralentit et que vous pouvez faire tout ce que vous voulez. C’est ce que fait Messi. Andrés Iniesta a aussi cette vision", poursuit-il, avant de revenir sur sa relation avec "la Pulga".

"On avait une très bonne relation"

"Avec Leo, c’était les montagnes russes. Jusqu'à ce que tout soit résolu, il y a eu un temps de tensions, que j'ai dû gérer et qui a duré 15 jours. Mais aujourd’hui, je ne peux que parler des merveilles de Leo. J’aime être ami avec les joueurs. On avait une très bonne relation. Je devais penser à ce qui est le mieux pour l’équipe, et parfois ce n’est pas forcément ce qu’il y a de mieux pour un joueur", souligne-t-il.

"C’est un travail désagréable pour l’entraîneur, mais on doit l’accepter. J’ai de bonnes relations avec la plupart des joueurs", explique Luis Enrique, qui avait justifié son départ du Barça en 2017 par l’usure d’un poste aussi exposé que celui d’entraîneur du Barça. "J’avais perdu mon énergie. Je n’avais plus rien à donner. Il y a eu 60 matchs la première année, 120 conférences de presse, beaucoup de nuits sans dormir. Ça aurait été facile de prolonger, mais honnêtement, les joueurs avaient besoin de quelqu’un d’autre", appuie le sélectionneur de l’Espagne, qui s’est également exprimé sur le cas Neymar, dont il a été l’entraîneur lors de ses trois saisons passées au Barça.

Il voit grand pour Neymar

"Il a le potentiel pour marquer son époque. Le temps le dira. Je n’ai pas la conviction qu’il le sera, mais c’est un gagnant sur le terrain", confie Luis Enrique, qui est aussi sous le charme de Marc-André Ter Stegen: "Ter Stegen était le transfert phare. Il fallait remplacer Valdés. Il a été suffisamment mature pour accepter son rôle de numéro 2. Il a fait un travail de maturité incroyable. C'est très difficile dans le monde de trouver un gardien aussi élégant que lui. On dirait une œuvre d'art."

RR