RMC Sport

Bordeaux: Martin "très surpris" par la suspension de Malcom pour simulation

Stéphane Martin

Stéphane Martin - AFP

Le président bordelais Stéphane Martin a fait part de sa surprise après l'annonce ce jeudi de la suspension de Malcom pour deux matchs dont un avec sursis pour simulation.

Pour avoir obtenu, grâce à une simulation, fin janvier un penalty face à l'OL, le Bordelais Malcom a écopé de deux matchs de suspension dont un avec sursis. Une décision rendue ce jeudi soir par la commission de discipline de la LFP qui soulève l'incompréhension de Stéphane Martin, le président des Girondins, comme il l'a expliqué à RMC Sport.

A lire aussi >> Bordeaux demande à ses supporters de ne pas se rendre à Marseille

"Même cas de figure que celui de Mariano"

"Je suis très surpris. Pour moi, nous sommes exactement dans le même cas de figure que celui de Mariano à savoir un contact léger à grande vitesse qui peut déséquilibrer l’attaquant. La commission a clairement montré qu’elle laissait le bénéfice du doute dans le cas de Mariano. J’aimerais que la commission accepte de publier les rapports complémentaires demandés aux arbitres ainsi que ses conclusions sur ces deux affaires a priori similaires", a commencé le président bordelais. La commission de discipline avait en effet décidé de blanchir le joueur lyonnais malgré une simulation qui paraissait évidente et qui avait permis aux Rhodaniens d'obtenir un penalty à Toulouse fin décembre (1-2).

Avec cette sanction de deux matchs de suspension dont un avec sursis, Malcom manquera le match entre Bordeaux et Nice le 25 février prochain. Le président Stéphane Martin n'a pas indiqué s'il souhaitait faire appel de cette sanction. "Le problème est que l’appel n’est pas suspensif. Le match de suspension est donc de facto automatique. Il est donc d’autant plus important que la commission ne laisse planer aucun doute quant à l’éventuel caractère arbitraire ou subjectif de ses décisions. Je suis donc certain qu’elle saura nous expliquer clairement et factuellement pourquoi ces deux cas sont aussi différents", a-t-il conclu.

VIDEO - Benoit Costil : "Dans la méthode, Poyet n'a pas changé grand-chose"

MBo