RMC Sport

Chants homophobes dans les stades: Maracineanu recadre Noël Le Graët

Invitée exceptionnelle de Réveil Matin Céline sur RMC Sport News ce mardi, Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a évoqué les chants insultants dans les stades et répondu aux dirigeants du football français qui l’avaient critiqué pour sa prise de position à ce sujet.

En se déclarant "horrifiée" par les chants insultants et homophobes entendus au Parc des Princes lors de PSG-OM il y a quelques semaines, Roxana Maracineano, ministre des Sports, a provoqué une grosse vague de réactions souvent indignées des fans de football. Invitée exceptionnelle de Réveil Matin Céline ce mardi sur RMC Sport News, elle s’est étonnée de la virulence du monde du football à ce sujet, et notamment des propos de Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, et de Nathalie Boy de la Tour, présidente de la Ligue de football professionnel (LFP), qui avait indiqué que "pour beaucoup de supporters, les chants homophobes font partie du folklore".

"Surprise" par les réactions des supporters et des instances

"J’ai été surprise parce que je ne pensais pas que les supporters allaient se manifester de la sorte et faire tellement de résistance sur quelque chose qui me paraît normal, a confié Maracineanu. De la même manière, je ne pensais pas que la Ligue et la Fédération allaient se prononcer de la manière dont ils l’ont fait. Finalement, je suis contente que tout le monde soit d’accord sur le fait qu’il faut faire de la prévention, qu’il faut responsabiliser les clubs. Ce n’est pas infliger de nouvelles sanctions mais plutôt étendre le champ des sanctions qui sont aujourd’hui la règle pour les discriminations raciales à l’homophobie. Ce qui paraît acceptable et normal de la part de la majorité des supporters et également dans la population où maintenant, parler d’homosexualité, il faut le faire de manière naturelle et surtout pas avec des insultes."

Elle s’est aussi attardée un peu plus spécifiquement sur les attaques de Noël Le Graët. "Aujourd’hui il y a trop d’insultes, c’est vrai alors qu’il n’y a quasiment plus de casse dans les stades, avait rappelé ce dernier. Je veux bien qu’on le critique. Mais vous croyez que c’est mieux dans la vie, la rue, les cours d’école? Regardons aussi ce qu’il se passe depuis quatre mois en France. Je ne suis pas certain que le football ait beaucoup de leçons à recevoir."

"Beaucoup de contradictions" dans les propos de Le Graët

"Je pense qu’il y a beaucoup de contradictions dans ce qu’on vient de lire, a-t-elle répondu. Entre le début et la fin de la phrase, il dit exactement le contraire." Avec diplomatie, elle souhaite désormais ouvrir le débat avec les instances pour trouver de solutions. "On est tous d’accord pour dire qu’il ne faut pas que ça arrive et qu’il ne faut pas entende de tels chants parce qu’on a envie d’emmener nos enfants viennent au stade. (…) Ce n’est pas acceptable mais le problème, c’est qu’ils ne savent pas comment faire. Il va falloir réfléchir ensemble à comment faire."

En faisant fi d’une autre attaque de La Graët sur sa méconnaissance des stades, qu’elle a moins fréquentés que les piscines (elle est médaillée d’argent aux JO de Sydney en 2000). "Je n’ai aucun souci, a-t-elle rétorqué. Bien sûr que je n’allais pas au stade autant que j’allais à la piscine mais eux y étaient dans les stades."

"Toute l'opinion publique est d'accord avec ce que je dis"

"Je ne me suis pas sentie agressée, a-t-elle conclu. Je pense que ce sont eux qui ne se sont pas sentis dans le coup puisque toute l’opinion publique est d’accord avec ce que je dis. Une grande majorité des supporters du PSG, de l’OM, de l’OL et de tous les autres clubs sont d’accord pour dire exactement la même chose que moi. La question, ce n’est pas que je sois au stade au non. C’est que ce sont les gens qui y sont qui doivent réagir."

Nicolas Couet