RMC Sport

Dijon-Bordeaux: malmenés, les Girondins évitent le pire (mais laissent l'OM revenir)

Dijon-Bordeaux

Dijon-Bordeaux - AFP

Mis sous pression par les succès de Lyon, Saint-Etienne et Marseille un peu plus tôt lors de cette 35e journée de Ligue 1, les Girondins de Bordeaux se sont longtemps heurtés à Dijon ce dimanche, sans jamais trouver la solution (0-0). Les partenaires de Loïs Diony, encore très remuant, auraient mérité de l'emporter.

L’intelligence de jeu de Diony

Critiqué par ses supporters avant la victoire face à Angers le week-end dernier (deux buts, une passe décisive), pour être resté muet pendant cinq matchs, Loïs Diony confirme qu’il est le meilleur atout offensif du DFCO dans son opération sauvetage (dix buts et sept offrandes en L1). Et en plus d’être décisif, il reste un joueur intelligent, capable de garder le ballon et d’apporter un soutien défensif à son équipe lorsqu’elle subit. Quand Sammaritano est sorti, c’est lui qui a pris les initiatives et qui aurait pu offrir la victoire au DFCO sur corner à la (84e) ou à la réception d'un centre (89e), puis en offrant un caviar à Lees-Melou (85e).

A lire aussi >> Le duo Thauvin-Lopez flambe, l'OM déroule, les Normands coulent... le débrief de Caen-Marseille

Le duo Reynet-Sammaritano porte toujours Dijon

Si Olivier Dall’oglio et Dijon sont toujours en course pour le maintien, ils le doivent en grande partie à ces trois hommes. Baptiste Reynet, auteur de 74 arrêts en 34 journées de Ligue 1 avant ce match, a encore évité une défaite à ses partenaires en détournant notamment une tête de Gaëtan Laborde en tout début de rencontre (6e). Au milieu Frédéric Sammaritano récupère, régule, dirige le jeu dijonnais et fait briller ses coéquipiers sur coups de pied arrêtés, lorsqu’il ne déborde pas. C’est simple, il fait tout dans le cœur du jeu et demeure indispensable au DFCO dans sa quête du maintien. 

A lire aussi >> Dijon, Dall’Oglio: "Les insultes ? En italien c’est moins cher"

Carrasso est bien de retour

Si certains doutaient de sa capacité à revenir en forme à son retour de blessure au genou, fin janvier, le portier girondin a prouvé qu’il était encore performant, même à 35 ans. Auteurs de deux parades d’entrée devant Lees-Melou (12e) et surtout sur cette tête à bout portant de Varrault, Cédric Carrasso a tenu la baraque, derrière une défense souvent prise au piège dans son dos. Il sauvera finalement le point du nul sur un dernier tir de missile du Coréen Kwon (93e). Pas étonnant qu’il soit convoité par Montpellier, alors qu’il arrive en fin de contrat à l’issue de la saison.

A lire aussi >> Mercato: Bordeaux dément un accord avec Costil

Bordeaux cale dans la course à l’Europe

Si Dijon a remporté un point précieux dans la course au maintien, les Girondins ne peuvent pas en dire autant concernant leur ruée vers l’Europe. Meilleure équipe de Ligue 1 en 2017 derrière Monaco et le PSG (32 points pris sur 48 possibles), Bordeaux a laissé filer deux points ce week-end, pendant que ses adversaires ont tous gagné. Lyon, Saint-Etienne et Marseille ont ainsi donné un peu plus de piquant à cette toute fin de saison, où les places qualificatives pour la Ligue Europa vont s’arracher. A l’issue de cette 35e journée, les Girondins possèdent un point de retard sur Lyon (56 contre 57 pour l’OL), 4e, et une unité de marge sur l’OM, 6e. Et dans une semaine, ils se déplaceront à Saint-Etienne.

A lire aussi >> Mercato: l’OM penserait à Koscielny

Le match du dimanche à 17h est une purge

Plus on se rapproche de la fin de saison et plus les enjeux sont élevés, en haut comme en bas du classement. Mais le spectacle du match dimanche à 17h semble lui condamné à être une purge. En tout cas, que ce soit les matchs nuls de Saint-Etienne devant Nantes (1-1, 32e journée) et Rennes (1-1, 34e journée) ou bien le court succès de Bordeaux justement à Nantes il y a deux semaines (1-0, 33e journée), les prestations sont bien tristes dernièrement à cet horaire.

A lire aussi >> Gambardella: l’OM écarte Lens et fonce vers la finale

Damien Chédeville