RMC Sport

Droits TV: le patron de la DNCG craint pour la survie d'une "majorité de clubs"

Jean-Marc Mickeler, président de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), est formel: si les actionnaires ne sortent pas le chéquier dans les prochains mois, bon nombre de clubs français devront mettre la clé sous la porte, compte tenu de la crise des droits TV.

Le gendarme financier du football français a tiré la sonnette d'alarme devant les députés. Au cours d'une audition réalisée ce jeudi par la mission d'information à l'Assemblée nationale sur le financement du sport et les droits audiovisuels sportifs, Jean-Marc Mickeler, président de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), est apparu inquiet pour les comptes des clubs français.

"Sans apport massif des actionnaires existants, il est peu probable que la majorité des clubs puisse survivre à la saison 2021-2022", a-t-il déclaré, selon la restranscription de LCP.

Cet échange avec les députés a été l'occasion pour Jean-Marc Mickeler de rappeler que cette situation grave n'est pas tant la conséquence de la pandémie, mais bien de la défaillance de Mediapro en pleine saison. "Si [la Ligue] n'avait dû affronter que le Covid-19, on aurait pu imaginer que ce niveau de fonds propres aurait pu permettre de passer cette crise avec un minimum d'encombres, a-t-il repris. Mais affronter cette crise et le défaut de Mediapro, c'était mission impossible".

La DNCG approuve le passage à 18 en Ligue 1

Pour redresser le foot français, le patron de la DNCG approuve le futur passage de 20 à 18 clubs de la Ligue 1 (à partir de la saison 2023-2024). "Vous réduisez l'offre, vous renchérissez la valeur du produit. (...) Dans une industrie, vous écoutez votre principal client. Le principal client, c'est le diffuseur, et il veut moins de matchs. Si vous n'écoutez pas ce que le client cherche quand vous vendez un produit, ça part mal", a souligné Jean-Marc Mickeler.

Comme Emmanuel Macron, qui a plaidé sur BFMTV et RMC pour que le modèle économique du football français évolue grandement, Jean-Marc Mickeler estime que les clubs doivent "élargir la base de revenus" et "ne pas considérer que les droits audiovisuels doivent constituer un axe unique". Aligné sur les propos sur RMC de Maxime Saada, président du directoire de Canal+, il considère notamment que les clubs et la Ligue doivent faire en sorte de "créer une vraie expérience client comme dans n'importe quelle industrie".

JA